A Avignon aussi, tout s’achète et tout se vend

5 Oct


LE BILLET D’ANGELINA

Maintenant que l’on vend les dinosaures aux enchères (Libération du 5 octobre), il ne faut plus s’étonner de rien, non ? Etre moderne, coco, c’est adhérer au credo en vogue dans les cours libérales, que notre UMP locale d’ailleurs s’est empressée d’adopter : tout s’achète et tout se vend…

Le Patrimoine, ce truc obsolète et encombrant qui appartient à tous, est passé de mode. L’Etat donne l’exemple qui se débarrasse tous les jours de cet héritage décidément fort coûteux, pense t-il, pour de trop maigres retombées. Ainsi par petits bouts, notre gouvernement d’avisés gestionnaires brade t-il les bijoux de famille du peuple français, remplissant ses caisses d’un argent qu’il s’empressera de consacrer à d’inavouables « compensations » (déficits des banques, achat de joujous de la maison Dassault, que sais-je encore..). A défaut d’abonder les fameux « trous » des caisses sociales dont il nous rabat les oreilles chaque jour, et qui, de fait, seraient vites comblés pour peu que l’on veuille ponctionner un peu cette frange de son électorat qui, usant et abusant des multiples cadeaux fiscaux qu’on lui offre sur un plateau, se démerde pour ne rien reverser de ses indécents revenus, tout en crachant avec arrogance sur « l’inconscience » du peuple.

A Avignon, notre délicieuse mairesse s’est visiblement ralliée à ce grand encan du patrimoine : Ainsi du Conservatoire, honteusement vendu à une chaîne d’hôtels, ou la Prison, rachetée en loucedé à l’Etat pour mieux la céder au prix fort à un autre opérateur hôtelier, alors que ce lieu de souffrance eût pu se transformer aisément en un grand pôle multiculturel qui fait tant défaut à cette ville… Et que dire de l’avenir de l’ex-Banque de France, que la ville pourrait se réapproprier pour un projet d’intérêt général, culturel, social ou éducatif et qui, parions-le, va finir entre des mains tout à fait intéressées, au vu de l’emplacement prestigieux qu’elle occupe ?

Il est vrai que l’intérêt général n’est pas vraiment ce qui anime notre équipe municipale, lorsque l’on se souvient des pratiques de son ex-Grand Argentier, qui naguère, rachetait tous les commerces de l’Horloge à grand coups de dessous-de-table…

Et que dire encore de la concession généreusement accordée à une société privée (RMG) concernant la gestion du Palais des Papes, de l’Office de Tourisme, et même des parkings du centre-ville !.. Ne nous étonnons pas ensuite que Marie-José Roig freine des deux pieds pour enfin transformer l’intra-muros en zone zéro-véhicule, ce qui serait un minimum au vu de la petitesse du périmètre concerné, et surtout de la fréquentation touristique… Mais ça aussi s’achète et se vend. D’autant que la capitalisation électorale y trouve également son compte, les commerçants étant farouchement opposés à la piétonnisation du centre.

En revanche, notre clairvoyante édile n’hésite pas une seconde lorsqu’il s’agit de filer 4 millions d’euros pour l’agrandissement du stade. Curieusement, pour ce faire, la municipalité a choisi de louer à l’année (!) des tribunes à cet effet, une pure aberration en terme comptable… A moins que sa foi en l’ACA, ce truc inutile et ridicule, ne fusse sérieusement entamée depuis quelques temps ? Voilà en tout cas un choix judicieusement décroissant, non ? Mais, rassurez-vous, qui se retrouvera très vite sur votre feuille d’imposition…

Bref, ici aussi, nos élus républicains vous diront qu’ils font montre d’une bonne « gouvernance » économique, telle qu’on l’entend au Palais et dans l’Hémicycle… Ce qu’on appelle, en d’autres termes, une gestion de bon père de famille.
Les couleuvres ont de beaux jours devant elles…

Angelina Vivaldi

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :