AVIGNON : Le foutoir des Halles et autres dévastations

21 Oct

Avignon est en travaux. Si vous ne le saviez pas encore, c’est que vous n’êtes plus sorti depuis le nouvel an dernier. Remarquez, c’est tout aussi bien : cette ville appartient aux bagnoles, aux chauffeurs-livreurs et aux engins de terrassement. S’il vous prenait l’envie de circuler à pied tout autour de la Place Pie, sachez qu’il faut tout d’abord bien vous chausser : le trou des halles qui n’en finit plus est un véritable piège à talons-hauts. On creuse, on rebouche, on déplace un peu et hop ! on creuse à nouveau. Bien de la chance lorsqu’un bulldozer n’éclate pas une conduite de gaz comme cela s’est déjà produit deux fois en quelques mois !

Notre Maire a décidé de transformer « sa » ville en Beyrouth permanent ! De chantiers en chantiers, mal finis, conduits en dépit du bon sens, rapiécés tant bien que mal, c’est toute la ville qui est mise sens dessus-dessous, éventrée, puis rebouchée, puis éventrée de nouveau, sans que l’on sache bien pourquoi. Et surtout quelle logique préside à cette mise-en-pièces systématique, fort coûteuse pour le contribuable ?

Marie-José Roig se rêve en grand Constructeur. Hélas, ses talents d’urbaniste et de « réaménageur » laissent plutôt à désirer. Parlons des Halles, justement : déjà que cette verrue hideuse de béton verdâtre est une aberration esthétique, voilà que notre élue s’est mis dans l’idée de la « mettre en valeur » par un parterre piétonnier censé « requalifier » le centre-ville. Notons simplement que les gros bus polluants continuent de circuler, alors que l’on nous avait promis leur disparition, que l’on a maltraité les quelques platanes miraculeusement survivants, que le ballet incessant des machines nous emboucane depuis plus d’un an. Au profit de qui ? Si ce ne sont ses amis entrepreneurs bien servis par les appels d’offres, on ne voit pas très bien l’intérêt immédiat de l’usager, si ce n’est sa note -salée- de contribuable local.

Mais il est vrai que notre maire n’est jamais à cours de projets. Elle en tient d’ailleurs toujours un ou deux sur le feu, au cas où. Tous plus dispendieux les uns que les autres, et surtout conduits avec une maîtrise incomparable. Mais il est tout aussi vrai qu’un « bon » maire se doit de laisser une empreinte indélébile dans le bâti urbain. Celle que laissera Madame Roig, hélas, restera surtout visible pour des générations entières dans la comptabilité municipale.

Jean-François Bonaventure

Publicités

Une Réponse to “AVIGNON : Le foutoir des Halles et autres dévastations”

  1. Michel Benoit 21 octobre 2010 à 12:31 #

    Un peu légère la critique…
    Soyons constructifs.
    Ceux qui ne s’impliquent pas dans l’association des riverains des Halles actuellement, peuvent peut-être s’impliquer sur le sans doute futur projet comparable : la rénovation de la place St-Didier par exemple…

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :