POUBELLE LA VIE : la Marseille de Gaudin aux petits oignons…

25 Oct

LE BILLET D’ANGELINA

Et oui ! Marseille ne fait pas honte à sa réputation : rebelle, bordélique, toujours à l’avant-poste de la contestation. Sauf que l’on se demande comment elle a pu reconduire sans faillir depuis 1995 une « figure » de la bourgeoisie marseillaise, dans ce qu’elle a de plus détestable : ce Gaudin catho de bénitier, rétrogradre et réactionnaire, amateur de « santonneries » et autres incongruités marseillaises.

Gaudin a toujours rêve de « prendre » Marseille. Ce « fils » spirituel de Gaston Deferre (et oui !) qui l’a initié et fait entrer au conseil municipal de la ville n’a toujours eu que cet objectif. Il y est parvenu, il faut le reconnaitre, même s’il a usé pour cela de toute une batterie de procédés pour le moins… marseillais. Ce médiocre prof d’histoire-géo d’un lycée catholique est arrivé à se faire aimer des Marseillais, au fil d’une « carrière » toute entière dévouée à son grand jour : devenir le maître incontesté (?) d’une ville ingouvernable et qui revendique son indépendance.

Le mystère Gaudin est insondable : comment ce petit prof de province, catholique dévot, toujours fourré dans les jupes d’une mère adulée et qu’il trimballait jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans tous les événements catho de sa ville (Navettes, Noël, Paques etc.), comment cet homme si dénué de charisme et d’une intelligence politique plus qu’élémentaire a t-il séduit ses concitoyens, plutôt frondeurs et fouteurs de merde ? Etonnant, non ?

N’empèche. Notre Gaudin pagnolesque n’arrête plus depuis 15 jours de rouler ses pagnolades et autres pitreries avé l’assent, désemparé qu’il est devant la fronde hénaurme de tous ses administrés : port, monoprix, RTM, territoriaux, poubelles, rien ne lui est épargné de la contestation locale estampillée CGT et FO. Il a beau s’agiter dans ces guignoleries d’élu provincial, surfer sur ses digressions de Marius Escartefigues de village qui font bien rire les vieilles cagoles marseillaises abonnées au Cercle des Nageurs, rien n’y fait. Sa ville est en bordel intégral, les poubelles débordent, et c’est pas le bon score d’Audimat de « Plus belle la vie » qui lui remontera le moral.

Il faut dire qu’à Marseille, on n’est pas impunément sénateur godillot et vice-président de l’UMP, sans que ça rejaillisse sur votre bien-être quotidien. Gaudin pourra toujours agiter son épouvantail anti-gauche primaire, se déverser dans les medias locaux complaisants en incantations anti-CGT et autres fanfaronades, rien ne saura le soulager de cette « chienlit » marseillaise qui sait toujours donner l’exemple.

Angelina Vivaldi

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :