Les impromptus de Marie-José Roig…

27 Oct

LE COUTEAU DANS L’OS, une chronique d’Antonio Sanz

En ce jour où l’on enterre le regretté (!) Georges Frêche, grand mégalomane devant l’Eternel, voici qu’il nous revient ce qui peuple notre bonne presse locale depuis quelques mois, à savoir les incontournables coups d’éclats médiatiques de la Grand Maire du Grand Avignon (127 000 habitants tout mouillés). Après l’Opéra-Sydney avorté, le Tramway irréaliste, le Parc des sports calamiteux et son infatigable ACAA, la « requalification » des Halles… voici un hypothétique Port de Plaisance dans les cartons de notre édile décidément très en forme. Un port Rolex sous le prétexte duquel d’ailleurs on chasse sans vergogne les quelques mariniers installés sur nos rives…

Madame Roig fait de la poésie comme Mr. Jourdain de la prose : sans le savoir. Sauf que ces délires de grandeur auront -ont déjà- de forcément fâcheuses répercussions sur les finances d’une ville lilliputienne, si on la compare à ce qu’est devenue Montpellier. Certes, Frêche en quelques décennies a multiplié sa population par deux et a fait de sa bourgade provinciale une vraie capitale de Région (la 8e ville de France). Mais suivre son exemple, surtout en quasi-fin de mandat, n’est peut-être pas le meilleur moyen d’inscrire le nom de Marie-Jo au panthéon des grands maires d’Avignon…

Mais que se passe t-il donc dans la tête de notre première magistrate ? A t-elle besoin réellement de chambouler toute sa ville pour exister, au détriment de la plus élémentaire des prudences économiques ? Compte t-elle vraiment sur la nouvelle taxe qu’elle vient de décider à l’endroit des snacks et autres vendeurs de kébabs pour financer ses rêves les plus fous ?

Toujours est-il qu’il nous faut lui reconnaître un talent certain pour avitailler les colonnes de la PQR, ainsi qu’un sens particulier de l’à-propos : après tout, en ces temps de crise économique, il est toujours bon de faire rêver le peuple de la « France qui souffre ». Marie-Jo – Jean-Pierre Pernaut, même combat !

Antonio Sanz

Publicités

3 Réponses to “Les impromptus de Marie-José Roig…”

  1. Michel Benoit 27 octobre 2010 à 5:55 #

    J’ai des doutes sur le rapport photo/texte de vos articles… !

    • lespritdavignon 28 octobre 2010 à 10:36 #

      On n’aime guère la photo purement illustrative, simplement… Et puis c’est amusant de lire autre chose que ce qui s’exprime avec les mots : Mireille Mathieu, par exemple ici, est très signifiante de la « culture » UMP, non ?

  2. Michel Benoit 27 octobre 2010 à 5:52 #

    Rolex, je ne sais pas, mais des quais de plaisance sont nécessaires, dont la présence en face du pont St-Bénezet n’était plus souhaitable. L’île Piot me semble bien l’endroit idéal…
    Au fait, la pointe de l’île est-elle encore terrain militaire ?

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :