Archive | octobre, 2010

BIENVENUE AU CLUB : La droite la plus crade du monde

29 Oct

LE BILLET D’ANGELINA

La Droite. Cet amalgame de parvenus et de thuriféraires du Marché, la droite française n’en finit plus de plonger dans des abysses de vulgarité et d’obscénité. Il suffit d’écouter trois minutes le « patron » de l’UMP pour s’en convaincre : Comment un être aussi insipide et suffisant que Xavier Bertrand , aux ordres aveugles de son « mentor », peut-il s’autoriser sur tous les medias à asséner ses « leçons » de savoir-vivre citoyen et de « responsabilité », lorsque lui-même se répand tous les jours dans les pires des abjections, comme celle par exemple, qui lui fait défendre -au côté de Marine Le Pen, Bruno Goldnish, excusez du peu- ce papy flingueur de fillettes de l’Héraut, dont les victimes Roms avaient respectivement 11 et 13 ans, tirées à bout portant et « achevées » à coups de crosse ? Tout ça au nom du « droit à l’autodéfense », un concept cher jadis à la droite extrême des milices de l’Action Française et autres nauséabonds, revendication judicieusement remise au goût du jour par la bonne parole UMP.

Naguère, la Droite française, même si l’on ne partageait pas ses options, avait au moins le sens de quelques valeurs : la République, l’égalité républicaine, une certaine idée du progrès social, le respect de ses adversaires, de De Gaulle à Chirac, la Droite se respectait un minimum. Depuis Sarkosy et ses marionnettes propagandistes, ses amis du Fouquet’s et ses Bigart à vomir, où sont passées ces valeurs ? Ce n’est plus que république des copains, oligarchie digne de la Russie de Poutine, affichage Rolex et loi du plus fort (du plus truand ?), prébendes et passe-droits, bref, l’arsenal complet d’une caste de riches sûrs d’eux au service unique de l’intérêt des potes, de plus en plus riches eux aussi. Une « république » de voyous qui se vautre avec complaisance dans l’abjection la plus totale : mépris du peuple, course aux profits personnels, cynisme et arrogance… Bienvenue au Club envié des prédateurs de démocratie, dont les co-présidents Berlusconi et Poutine peuvent se réjouir.

D’ailleurs, à voir notre inestimable président se casser les reins en graciles courbettes devant un des pires autocrates de la planète, ce cher Nazarbaïev, dictateur du Kazhastan, dont même les patrons du Kremkin se méfient, au prétexte de contrats juteux pour ses potes de l’armement et de l’industrie, nous ne pouvons qu’écoeurés, souhaiter un tsunami de force 10 pour balayer en 2012 ce président et son parterre obligé de fossoyeurs de la droite, de la République et de la Démocratie tout à la fois.

Angelina Vivaldi

*A signaler la sortie de l’excellent film documentaire de Sabina Guzzanti « Draquila », qui démonte la farce berlusconienne avec humour et brio.

Publicités

AILLEURS PAS MIEUX QU’ICI : Mobilisation tibétaine contre le chinois à l’école

29 Oct

28.10.2010 | Rabjor | Khabdha.org republié par COURRIER INTERNATIONAL

Des milliers de Tibétains ont manifesté à plusieurs reprises depuis la mi-octobre contre l’imposition du mandarin comme langue d’éducation dans les cycles primaire et secondaire. Ces rassemblements semblent avoir légèrement infléchi la position gouvernementale, selon un site tibétain en exil.

Les étudiants étaient nombreux à Tongren pour défendre l’enseignement de la langue tibétaine, 20 octobre 2010 – Photo du Centre Tibétain pour les Droits de l’Homme et la Démocratie.

Le 30 septembre, le Renmin Ribao, organe du Parti communiste chinois, publiait les déclarations de Qiang Wei, secrétaire du Parti du Qinghai, faites lors d’une conférence provinciale sur l’éducation. « Les dirigeants, à chaque niveau [administratif], doivent dissiper leurs propres doutes avec fermeté concernant la priorité donnée à la langue chinoise dans l’éducation. Si l’on estime crucial que les élèves issus des minorités nationales reçoivent un enseignement dans la langue commune du pays, il faut se défaire de l’idée que cela heurtera leurs sentiments, que cela nuira à leur développement culturel et à la stabilité sociale », avait-il alors déclaré.

Aucune date n’a été fixée pour cette réforme éducative, « un important mouvement politique et un projet important pour le bien-être du peuple qui est inévitable » [la réforme aboutirait à ce que toutes les matières soient enseignées en chinois dans le cycle « bilingue » des neuf années d’enseignement obligatoire]. Toutefois, le 22 octobre, au troisième jour des manifestations dans les provinces du Qinghai et du Sichuan, et aussi à Pékin, Wang Yubo, secrétaire du Bureau de l’éducation du Qinghai, a procédé à une clarification. Bien qu’il lui soit impossible de modifier les politiques éducatives de base, ses propos ont été beaucoup plus conciliants que ceux de Qiang Wei. Si l’usage du chinois ne convient pas aux étudiants ou à leurs parents, et si le moment n’est pas encore propice, il n’appliquera pas la réforme avec obstination. Il serait même prêt à engager plus de dépenses pour le budget de l’éducation en langues nationales (minoritaires).

Il a ajouté que les professeurs actuellement en poste dont le niveau de chinois est faible ne perdraient pas leur poste. Le fait que la mise en place d’une réforme éducative annoncée il y a un mois ait été à ce point révisée est le premier résultat des manifestations étudiantes. Un second effet est que les étudiants ont manifesté avec dignité. Le gouvernement chinois n’a pas pu interpréter les manifestations de ces derniers jours comme étant de nature politique et téléguidées par Dharamsala [siège du gouvernement tibétain en exil en Inde]. A ma connaissance, elles n’ont pas été réprimées et aucun professeur ni étudiant n’a été arrêté [une vingtaine d’arrestations auraient cependant eu lieu le 22 à Chabda (Gonghe), selon le site tibétain en exil Tibet Times]. Mais on dit qu’à Rebkong (Tongren) la rumeur ayant couru que des professeurs étaient derrière les manifestations, le Bureau de la sécurité publique a arrêté des étudiants devant leur établissement scolaire pour les interroger.

ENVIE DE NEPAL…

29 Oct

SURFER SUR LE TOIT DU MONDE ? Une très mauvaise idée

29 Oct

LE MONDE SE RETRECIT : une chronique d’Antonio Sanz

Les Chinois, qui ne sont pas à un progrès près (!) -sauf en matière de droits de l’homme- viennent de nous prouver combien ils se souciaient du droit à l’accès numérique : Alors que sur leur territoire la toile est rigoureusement surveillée et régulièrement censurée, désormais on va pouvoir, grâce à leur merveilleuse imagination tehnologique, surfer sur internet depuis l’Everest !

Belle invention, penseront certains… Pour notre part, nous ne pouvons que déplorer ce rétrécissement du monde, avec pour corrolaire la raréfaction des derniers espaces de liberté et de poésie pure sur notre chère planète. De l’Amazonie aux confins du Tibet occupé, de l’île Pinckerton aux sommets du Kilimanjaro, du fin-fond du Vacarès aux pieds de Sakhara, le monde entier se rabougrit dans une maille numérique de plus en plus ténue, paradoxalement, alors que son expansion semble sans limites.

Mais quel besoin avons-nous donc réellement de réduire notre existence -et celle de tout le Vivant- à cet échange effréné « d’information » ? Quelle place réservons-nous désormais à cette part vitale d’élucubration et de rêve gratuits, dans un monde de plus en plus inféodé à une marchandisation intrépide de tous ses fondamentaux ? Laissons les peuples, leurs cultures et leurs paysages respirer un peu, loin du ballet numérique des échanges monétisés et de la dictature des flux. Une toile omniprésente, qui nous enferme et nous rétrécit, plutôt qu’elle nous libère.

Antonio Sanz

MAGIC PUREE : Charles Pennequin en poésie directe

28 Oct

MAGIC PUREE, une nouvelle chronique en images proposée par Le fourreur de mots : un univers qui tient au corps

Juan Carmona, maestro flamenco

28 Oct

Le guitariste aubagnais Juan Carmona, Grammy Awards, grand prix de Madrid et autres distinctions du monde flamenco, revient à Arles en novembre au Théâtre de la Calade : un pur plaisir

La pipe à 200 000 euros, ou l’obscénité vue sous un certain angle

27 Oct


Les Bonobos, les plus heureux des singes…

LE BILLET D’ANGELINA

On apprend que la radio Skyrock vient d’être condamnée à 200 000 euros pour des propos d’un auditeur tenus sur ses ondes en 2007 ! L’amande est salée, pour un bien petit péché de gourmandise… Visiblement, l’Etat par sa justice interposée ne badine pas avec le badinage. Personne n’a donc le droit d’évoquer cette douce gâterie sur les ondes de notre vertueuse république (à l’exception notable de Rachida, mais bon, elle n’avait pas vraiment fait exprès).

En revanche, les obscénités proférées par M. Guerlain à l’endroit des « nègres » n’ont visiblement gêné pas grand monde. Curieusement, personne du CSA ne s’est vraiment offusqué de ce « détail », un dérapage nauséabond de ce fabricant de parfums pour cocottes et autres fariboles, dont la bonne tenue en bourse doit impressionner nos puritains gouvernants !

De quel côté se situe vraiment l’obscénité ? Visiblement, la TV nationale ne se gêne guère pour interviewer les pires des racistes, exhiber sans pudeur toutes les misères personnelles, inviter la lie de la représentation politique qui se complait dans des propos intolérables et insultants pour notre citoyenneté (Marine Le Pen, Xavier Bertrand), ou encore faire la retape pour de pauvres animateurs orduriers et suffisants (Zemour), sans que le Président-qui-aime-tant-la-télé et ses amis politiques n’y trouvent à redire.

La voilà la véritable obscénité.

Angelina Vivaldi

%d blogueurs aiment cette page :