MARIE-JOSE ROIG, la madone des tramways

26 Nov

250 millions d’euros. Voici, chers Avignonnais, ce que va vous (nous) coûter le dernier jouet de notre Marie-Jo. Soit un déficit annoncé pour de nombreuses années et un foutoir garanti devant lequel celui -actuel encore hélas- des Halles n’est rien ou presque.

Un tramway, donc, mais pour quoi faire ? Au-delà du gadget écolo-compatible qu’il représente, cette ubuesque dernière fixette de notre élue est une véritable bombe économique à retardement. Comme nous le relevions dans un précédent papier (un tramway nommé désastre), ce calamiteux et fort dispendieux jouet va ruiner les finances municipales : une ville de 87 000 habitants ne peut pas supporter un tel investissement qui, de surcroît, comme le soulignait fort justement le sénateur Dufaut, ne servira qu’à une poignée d’étudiants et autres retraitées avec chien dont, franchement, les Avignonnais n’ont pas à supporter le coût des déplacements.

Si encore le tracé du futur tram prévoyait l’éradication définitive de la circulation automobile en centre-ville ? Ce n’est certainement pas le cas, puisque techniquement impossible et irréaliste. Alors, ce tram, pour quel usage exactement ? Ou plutôt, posons la question autrement, à quelles fins politiques et médiatiques ?

Certes, un tramway est efficace dans certains cas. De grandes agglomérations, comme Montpellier ou Grenoble -pionnière en la matière- y ont trouvé leur compte. Mais soyons sérieux : comment comparer la capitale de LR ou celle de l’Isère avec ce village enflé qu’est Avignon. D’autant que les recettes municipales, tout le monde le sait, ne seront jamais à la hauteur d’un tel « investissement ».

Rappelons qu’à Marseille (900 000 habitants, et à la surface 3 fois plus étendue que Paris), et pour deux malheureuses lignes (qui doublent celles déjà existantes du métro), le tramway gaudinesque a coûté 750 millions d’euros auxquels il a fallu en rajouter 250 pour dédommager les commerçants ayant mis la clef sous la porte durant les travaux (plus de 4 ans) et « revitaliser » les artères traversées par ce serpent de ferraille disgracieux et inefficace.

Pour contrer cette nouvelle absurdité mégalomaniaque de notre madone des tramways, L’ESPRIT lance dès aujourd’hui une pétition sur laquelle nous vous espérons nombreux et déterminés à y affirmer votre désaccord.

MISE A JOUR DU 9/02/11 : Aujourd’hui, on apprend que l’Etat serait prêt à abonder ce projet pharaonique de… 30 millions d’euros. Restent 220 à notre charge, au bas mot !

MISE A JOUR du 17/01/11 : Nous savons désormais que notre cher député et ministre des transports Mariani (qui s’illustre régulièrement par ses propositions de lois liberticides et extrêmement proches des thèses du FN) est un soutien actif (a t-il déclaré dans La Provence) du projet Tramway de Marie-Jo : raison de plus pour combattre ce calamiteux projet, ruineux et déplacé.

Rejoignez-nous dès maintenant : Pétition Contre un Tramway Avignonnais
Taëb El Baradeï

(photo DR : dans l’electrico de Lisbonne)

Publicités

2 Réponses to “MARIE-JOSE ROIG, la madone des tramways”

  1. maurin 21 décembre 2010 à 10:01 #

    Avignon n’a pas 87 000 habitants mais 93 000 au sein d’une agglomération qui double le nombre d’habitants, et d’un bassin de vie qui le triple ! C’est loin d’être un village « enflé », formule qui en dit long sur la considération que vous portez à la ville. Des agglomérations moins dense telles que Le Mans ou Mulhouse ont construit avec succès leur tramway, ce projet a donc toute sa place à Avignon, que j’ose comparer sans aucun complexe à la capitale du Languedoc Roussillon, une ville qui a enflé démesurément ces 30 dernières années.

    • lespritdavignon 21 décembre 2010 à 11:48 #

      Si vous en êtes à chipotter sur 6000 habitants, libre à vous d’ergoter ainsi. mais cela prouve bien comment Madame roig et ses amis enflent les chiffres à chaque discours pour se donnner de l’importance. Nos 87000 proviennent de l’Insee, et sont donc bien plus fiables que les propos d’une mairesse en grenouille louchant sur la rondeur du boeuf.
      quant au reste, il est plutôt comique de comparer avignon à montpellier… vous ne devez pas y aller souvent…

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :