« LARVE GAUCHISTE » : Insultes, mensonges, arbitraire : l’ordinaire de la sarkosie décomplexée

10 Déc

LE MOT DE TAÏEB

Marine Le Pen n’a qu’à bien se tenir : ses contrefacteurs font surface. Dorénavant, un Préfet de la République, dûment assermenté et aux ordres, peut se permettre d’insulter publiquement (sur France-Info ce matin) un syndicaliste Sud qui a eu le malheur d’habiter la même zone où le prince Sarko devait se produire. Résultat : on embastille le quidam dans une gendarmerie « nationale » cinq heures durant, le temps que le sous-monarque puisse exprimer la plénitude de sa pensée devant le peuple.

Cette mésaventure digne des méthodes des meilleures dictatures est arrivée à un de nos concitoyens pas plus tard que fin novembre, au prétexte qu’il « pourrait » gêner le bon déroulement de la visite du président dans le bourg du Mayet-en-Montagne (Allier). Sur ordre du préfet de l’Allier (préfecture : Vichy, ça ne s’invente pas !) Pierre Manzoni, on l’enferme donc. Au sortir de sa geôle, Frédéric Le Marrec, éducateur spécialisé et « activiste » du syndicat Sud, a le tort de se plaindre publiquement d’une telle atteinte à ses libertés civiques : Le préfet, se réclamant d’un « gaullisme » de bon aloi, n’hésite pas et rétorque en portant plainte pour « diffamation ». Ce matin ce bon soldat de la « république » à la mode sarkosyste, ancien collaborateur de Pasqua (autre grand « gaulliste » respectueux des libertés publiques et parfaitement irréprochable) se répand sur les ondes de France-Info, en traitant notre syndicaliste de « larve gauchiste » !

Pour info, rappelons que ce préfet musclé a été secrétaire général adjoint au Parlement européen du groupe Union pour l’Europe des Nations (1999-2001), dont les membres distingués comptent, entre autres, l’Alliance Nationale et la Ligue du Nord, deux partis néo-fascistes italiens, ou encore le Parti Populaire Danois, autre club humaniste à la mode frontiste.

Voici un bon exemple du fonctionnement démocratique de notre république version Sarko : on muselle les opposants supposés, on ment sans vergogne sur leurs prétendues exactions, on les insulte et discrédite publiquement. Le tout au nom d’une conception du bien-penser républicain défendue par un soi-disant préfet « gaulliste », dont la conduite est tout simplement intolérable. Osons espérer qu’à son tour, notre dangereux activiste de Sud-Santé portera plainte contre cet outrage public et ce qui l’a précédé, une incarcération abusive pour raison d’Etat.

Taïeb El Baradeï

Photo DR : à gauche, Pierre Manzoni et son patron Hortefeux

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :