LOPPSI 2, SUITE : L’Etat veut-il la peau de la yourte ?

9 Jan

La yourte dans la ligne de mire des autorités ? Un article de la loi sur la sécurité intérieure “Loppsi 2”, inquiète leurs propriétaires. La loi permet aux préfets l’expulsion et la destruction des “habitats illicites” en 48 heures chrono.

Depuis le fin fond du Luberon où il a installé sa yourte, il y a de nombreuses années, Tom défend “une approche de la vie poétique” et un quotidien viscéralement ancré dans l’écologie.

Même s’il est difficile de les compter, ils sont nombreux à avoir fait comme lui, le choix d’une vie alternative. Yourte, cabane, tipi, roulotte, maisons végétales ou en matériaux de récupération. « Cela peut ressembler à un rêve d’enfant que de construire sa maison dans un arbre, explique Tom. Mais il ne faut pas oublier que la crise du logement peut également pousser les gens vers la solution d’un habitat alternatif ».

Qu’ils soient ermites au fond des bois, babas convaincus ou bobos arrivistes, ceux qui ont fait ce choix de vie craignent désormais pour leur toit.

Philosophe depuis le Luberon, Tom n’a pas peur. « Je dis : pas de panique ! Je ne vois pas pourquoi tout le monde s’affole.

Le gouvernement ne cherche qu’à se protéger pour pouvoir avoir le dernier mot au cas où… c’est s’il y a abus que cela peut devenir dangereux pour nous.

L’effet le plus néfaste sera de dissuader les gens de franchir le pas et de faire peur aux novices. Au risque de condamner la yourte à servir pour des cocktails mondains dans des jardins snobs ! »

Depuis 7 ans Jack Bollet, créateur de “yourte.com” importe des yourtes de Mongolie pour les revendre. Son dépôt est installé à Pont-Saint-Esprit, endroit stratégique entre Cévennes et Ardèche. « La yourte est considérée comme un objet culturel mongol artisanal, c’est une tente donc ça se démonte. C’est à partir du moment où l’on y installe un point d’eau qu’on peut la considérer comme habitation. La loi évoque des problèmes sanitaires, mais c’est injuste. Personne n’a jamais rien imposé là dessus auparavant. On a laissé faire les gens et maintenant on leur tape dessus ? Ce n’est pas ça qui va résoudre le problème du logement ».

En attendant le passage au Sénat, les associations militantes comme Halem, (Habitants de logements éphémères ou mobiles) et syndicats comme la CNT (Confédération nationale du travail) organisent la résistance et appellent à une journée d’action le 15 janvier, partout en France. À Avignon aujourd’hui, la CNT invite tous ceux qui le souhaitent à participer à une réunion d’information à partir de 17 heures, à la Maison IV de Chiffre, rue des Teinturiers.

En attendant, beaucoup se demandent s’ils ne sont pas en train de faire un mauvais rêve et n’osent penser qu’un pays pourrait partir en guerre contre leurs maisons de fortune. Pays dont le conseil d’État annonçait le 20 décembre dernier qu’il avait trouvé une solution face au manque de place d’hébergement pour les demandeurs d’asile. Il suffit, préconisait l’institution, de les loger sous des tentes…

La rédaction de Vaucluse Matin / 08/01/2011

Publicités

Une Réponse to “LOPPSI 2, SUITE : L’Etat veut-il la peau de la yourte ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention LOPPSI 2, SUITE : L’état veut-il la peau de la yourte ? « L'Esprit d'Avignon -- Topsy.com - 9 janvier 2011

    […] This post was mentioned on Twitter by l'esprit d'avignon, Au Manoir des Forges. Au Manoir des Forges said: RT @pro_vence: RT @Lespritdavignon LOPPSI 2, SUITE : L’état veut-il la peau de la yourte ? http://wp.me/p10V2I-BP #habitat […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :