AVIGNON, une ville en déshérence ?

25 Jan

LE MOT DE TAÏEB

Vous avez dit déshérence ? Et bien, oui, hélas… Le Centre Américain vient de fermer ses portes. C’est plié. Soi-disant pour cause de « crise » aux USA, qui enverraient donc moins leurs étudiants dans notre belle ville. Foutaises : pourquoi alors dans ce cas se replier sur Aix pour y ouvrir une extension, l’Institut Américain y étant déjà installé depuis 1957 ? Si ce n’est tout simplement parce que nos verts yankees préfèrent de loin l’animation d’une véritable ville universitaire (même si concernant Aix, avis perso, ça pue) au désert avignonnais…

Faut pas rigoler : vous vous êtes déjà baladés un vendredi soir après huit heures en hiver, par exemple rue des Teinturiers ? C’est la Sibérie, mes agneaux, on se croirait au fin fond de la steppe, et il n’y a même pas une yourte accueillante pour vous réchauffer avec une belle ambiance musicale et alcoolisée. Les restos sont vides ou quasi, et les deux ou trois bistrots acceptables de la ville (et encore, je suis gentil) sont désertés à 21 h. Le paradis quoi… Franchement, que voulez-vous que fassent nos bébés ricains, dans ce village replié sur lui-même où on ne s’amuse pas ?

Non, ce qui marche à Avignon, c’est la zone commerciale ! Paraît-il devenue la première d’Europe, devant Plan de Campagne. Belle performance ! Madame Roig a réussi a nous défigurer un peu plus le paysage avec ses saloperies de Quick tueurs et autres atteintes aux lois élémentaires de l’esthétique. Sûr que ça lui remplit ses belles caisses municipales (Quoique… la taxe professionnelle étant supprimée par ses amis sarkosystes), mais bon, vous vous voyez, vous, le soir, sortir dans la zone d’activité pour vous taper une toile ou avaler un Mc Do ? Le rêve avignonnais…

La vérité c’est que cette foutue ville n’attire plus personne. Voir d’ailleurs le papier du Ravi au sujet de la 42e ville de France… Trop morte, trop frileuse, gérée n’importe comment, et surtout, constat gravissime, pas du tout culturelle pour un rond. Impossible de se taper un concert intéressant (pour ça faut aller à Istres, Arles ou Nîmes) ; une offre théâtrale limitée, les directeurs de salles focalisant sur leur « saison » du Off ; un Opéra-théâtre qui, s’il se régale d’Audrey Toutou en pimbèche de Cours Florent ou de mauvais récitals de ringards en manque de tournées en « province », porte vraiment très mal son nom, ne proposant quasiment jamais d’Opéra, de vrai ; les librairies sont une plaisanterie (Allez donc chercher un Pierre Guyotat ! Personne ne sait qui c’est… à l’exception notable de Mémoires du Monde) ; quant à l’Art contemporain, il n’y a que trop rarement d’expos dignes de ce nom, et la collection Lambert ayant foutrement envie de mettre la clef sous la porte, il ne nous restera alors plus que les yeux pour pleurer…

Le pire étant cette « vie » nocturne inexistante, où seules tirent leur épingle du jeu les discos à kékés abreuvés au whisky-coca. Pas de quoi se taper le cul contre une bassine… Bon, il nous reste toujours Utop pour nos après-midis dominicales pluvieuses, et les parties de coinche entre potes, bien au chaud chez nous. Le rêve avignonnais, vous disais-je…

Taïeb El Baradeï

Publicités

13 Réponses to “AVIGNON, une ville en déshérence ?”

  1. ps 14 mars 2011 à 10:39 #

    Quentin nous dit « Il faut éduquer toute une partie de la population intra-muros à accepter le bruit. On ne choisit pas un appartement en centre ville pour avoir une quiétude rurale » … conception étrange d’une nouvelle cité:) quel type d’éducation ? Coup de matraque ? Gavage au bruit comme les oies ? Arrachages d’oreilles, coulage de plomb dans ce qu’il reste ? mais allons plus loin … éduquons aussi à la pollution visuelle, merde on est pas à la campagne non plus … oui aux pubs clignotantes sur le palais .. en grand et fluo pour des jean’s bidons ou pour les nouveaux chevaliers d’Avignon … je vous laisse décliner l’offre …

    Il me semble que l’on peu mettre à disposition des salles de concerts privés ou pas sans emmerder cordialement les voisins à 5km à la ronde. Mais c’est effectivement une question d’éducation … aux messieurs les loueurs de salle du Off, négriers du théâtre, faites donc vivre Avignon hors du mois de juillet avec une offre éclectique.

  2. Jean-Claude 27 février 2011 à 4:16 #

    A l’évidence, Avignon est une « petite ville » dotée d’un patrimoine exceptionnel. Ce qui peut inquiéter de prime abord, c’est que l’aura d’Avignon s’éteigne. A quand donc la désaffection des japonais après celle des américains ? Les uns comme les autres ne trouveront jamais aucun intérêt à une zone commerciale décentrée, quand bien même on y retrouve tous les grands noms de la malbouffe mondiale.

    Soit dit des « estrangers », mais qu’en disons-nous nous mêmes ? A l’évidence les avignonnais adorent l’american way of life. Ils ne font pas exception et on ne peut pas leur reprocher. Et on ne va pas leur demander d’ignorer le bruit sous leurs fenêtres à 3 heures du matin, ils l’acceptent déjà durant une bonne partie de l’été chaque année dans le centre ville.

    Alors quoi ? On ne va pas arrêter un monde en marche, on s’y adapte et on fait du mieux possible. Reste qu’il faudrait réinjecter plus de ce qui est perçu en périphérie dans le centre ville pour éviter que les commerces ferment les uns après les autres.

  3. Jean-Baptiste 26 janvier 2011 à 7:22 #

    Hélas ce constat est bien réaliste.
    Mais comme dit dans les commentaires, les Avignonnais sont très réfractaires à toute activité nocturne.
    Je suis président d’une association à l’université d’Avignon et nous proposons des évènements musicaux et du spectacle vivant chaque année, à l’université nous ne sommes pas les seuls. Mais dès que quelque chose commence à fonctionner il faut qu’il y ait un citadin réactionnaire pour y mettre un terme, l’exemple le plus parlant et récent est celui de la Fabrik’ Théâtre qui s’est vu interdire toute diffusion de musique amplifiée suite à des plaintes. Depuis il est très difficile de trouver un lieu. Les salles nous répondent que « non on enlève pas les gradins pour un concert », « il faut tout stopper à 00h, je ne veux pas de problème » ou encore « nous n’avons pas d’isolation sonore mais si vous programmez du théâtre, nous serions heureux de coopérer ».
    C’est froid! Il ne nous reste que les bars ouvert d’esprit pour nous permettre de nous exprimer et qui acceptent des remontrances encore et toujours pour que nous puissions continuer. Je crains que dans le sud les choses ne puissent se faire qu’à coup de millions comme par exemple réaménager Le Palace en salle de concert digne de ce nom! Tout cela est très dommage vu le potentiel géographique de la ville : 1h de Marseille, 2h de Lyon, 1h de Montpellier, nous sommes un vrai carrefour sous exploité.

  4. Quentin 25 janvier 2011 à 2:36 #

    Je suis d’accord avec tout ça, le constat que vous faites n’est pas agréable à lire.

    Mais vous proposez quoi ? C’est la faute de qui ? Uniquement de Mme Roig ?

    Est-ce-que ce ne serait pas aussi aux Avignonnais de se prendre en main, aux étudiants de l’Université, de l’Ecole d’Art e du Conservatoire de faire vivre la vie associative Avignonnaise, car elle apparait comme la seule possibilité.

    Là où la ville peut aider c’est pas le prêt de plusieurs lieux intra-muros ou extra-muros à des associations, et l’aide à l’insonorisation pour ce qui pourrait servir de salle de concert.

    Et le gros problème c’est également la voisinnage. Il faut éduquer toute une partie de la population intra-muros à accepter le bruit. On ne choisit pas un appartement en centre ville pour avoir une quiétude rurale.

    Donc, quelles sont vos propositions ?

    • lespritdavignon 25 janvier 2011 à 2:42 #

      Ce n’est pas à l’Esprit de faire des propositions, mais bien aux citoyens de se doter d’une équipe municipale qui ait envie d’impulser à la ville une véritable politique culturelle… et le reste suivra forcément (restos, bars, etc.).

      d’autres villes plus petites, moins argentées, mais beaucoup plus volontaristes l’ont fait. Elles ont compris que la culture est un vecteur vital de l’économie… et du bien-être de leurs administrés.

      • Quentin 25 janvier 2011 à 2:54 #

        Un peu facile vous ne trouvez pas ?

        N’y-a-t-il rien à faire avant les élections municipales ? Et pour que la ville change d’équipe ou de bord il faut bien qu’il y ait eu quelques changements faits en amont non ? Parce qu’après tout Roig a été réélue, c’est bien que certains sont contents de son travail. Maintenant c’est à nous d’agir, et pas forcément seulement par les urnes.

        • lespritdavignon 25 janvier 2011 à 3:00 #

          Tout à fait d’accord avec vous. L’insurrection citoyenne ne se joue pas uniquement dans les urnes. C’est bien pourquoi, entre autres, nous avons ouvert ce blog.

          • Quentin 25 janvier 2011 à 3:15 #

            Ok cool alors !

            J’aurais juste aimé qu’un blog d’opposition soit également un blog de propositions !

            • lespritdavignon 25 janvier 2011 à 3:19 #

              Un blog d’opposition est forcément un outil d’insurrection..;

            • lespritdavignon 25 janvier 2011 à 3:20 #

              A nous, à vous de l’animer…

              • patricia.rimat 25 février 2011 à 5:09 #

                Que de fiel…L’esprit d’Avignon serait il la Tatie Danielle virtuelle de notre ville? Si c’est ça l’esprit d’Avignon hautain, méprisant, insultant, halluciné, je suis très inquiète..ce que vous dites part souvent d’une petite vérité et vous en faites une généralité caricaturale sans nuance.. A vous lire, vous incarnez la vérité, l’unique. Vos contradicteurs n’ont meme pas l’opportunité de s’exprimer sans provoquer votre courrou..Vous etes tout ce que vous condamnez, mais vous osez encore parler de démocratie..Ce n’est pas ça l’esprit d’Avignon..sortez un peu de votre microcosme intello et allez à la rencontre des vrais avignonnais qui n’ont pas forcément les moyens d’aller se taper une coupe de champ à la mirande après leur film chilien de 17h à Utopia…Il se passe des choses ailleurs qu’à Buenos Aires ou Manutention et le fiel que vous glissez dans tout ce que vous écrivez vous rend aigris, sans fond…Yaka, faucon..Rien ne trouve grace à vos yeux…La fréquence avec laquelle vous allumez les politiques, les theatres avignonnais hormi étrangement le chene noir est simplement caricaturale…Arretez de vivre derrière votre clavier et peut etre que si vous n’etes aps complètement éteint de l’intérieur; vous pourrez apercevoir quelques rayons de soleil sur notre belle ville..Faut juste enlever le filtre noir qu’on a sur ses lunettes..mais là y’a du taff…

                • lespritdavignon 25 février 2011 à 5:25 #

                  Le fiel et le courroux, en l’occurrence, c’est plutôt vous qui en faites montre. Mais bon, nul n’est parfait…

  5. eric 25 janvier 2011 à 1:49 #

    Bonjour, je vous signale une pétition à ce sujet, merci: http://creavignon.fr/content/ameliorer-l-acces-au-centre-ville-apres-20h30
    Bonne journée

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :