QU’ILS S’EN AILLENT TOUS ! Juppé, Alliot-Marie : le mensonge en doctrine d’Etat

3 Fév

LE BILLET D’ANGELINA

On vient de l’apprendre ce jeudi 3 février en fin d’après-midi : selon le parquet de Paris et les résultats de l’autopsie diligentée par son procureur, M. Marin, pourtant peu suspect de gauchisme, l’Etat Français, par la voix du ministre de la Défense, a menti : les deux otages Français de l’Aqmi sont bel et bien morts (cf notre papier du 11 janvier) du fait de l’intervention intempestive de nos chers militaires français, et non de la main de leurs ravisseurs.

Encore une fois, les membres du gouvernement Sarko sont pris en flagrant délit de mensonge. Hier, c’était la pitoyable Ben Alliot-Marie qui se défendait mollement de tout conflit d’intérêt dans l’affaire du jet privé d’un ami du dictateur tunisien. On savait déjà qu’elle voulait faire profiter Ben Ali du savoir-faire des forces de l’ordre françaises. Mais de là à s’afficher en pleine insurrection aux côtés de la canaille affairiste ! Deux solutions : ou elle est parfaitement conne et incompétente (ce qui me semble probable), et donc n’a rien à faire dans la fonction qu’elle occupe, ou elle fait montre d’un cynisme effroyable, ce que par charité, nous n’osons penser. Dans les deux cas, elle ment plusieurs fois en toute arrogance : Comment peut-elle ne pas se souvenir de la date du premier mort par immolation en Tunisie, soit le 17 décembre, alors qu’elle est ministre des Affaires Etrangères (entendu sur France 2 hier soir) ? Comment peut-elle feindre d’ignorer les événements tunisiens et programmer un voyage d’agrément (avec son compagnon ministre lui aussi) dans un pays en pleine insurrection, accepter le jet privé d’un suppôt du dictateur, le tout en soutenant qu’elle se trouvait là en tant que personne « privée »‘ ? Quand on est ministre des Affaires Etrangères, vacances ou pas, on représente les intérêts de la France. On en est son premier ambassadeur, fêtes de Noël ou non. Et surtout, on sait très bien quelle est la situation politique exacte du pays dans lequel on excursionne au moment T.

Quant au mensonge éhonté de Juppé sur la prise d’otages qui a viré au cauchemar, aux Etats-Unis par exemple, pourtant peu modèle de vertu démocratique, lorsqu’un ministre d’Etat ment aussi effrontément, il s’en va.

Il n’en est pas de même visiblement dans la « première » (auto-proclamée) démocratie au monde, qui, par la voix de son président, n’en finit plus de donner des leçons de bonne gouvernance au reste de la planète. Et dont les ministres continuent de bafouer pourtant les règles élémentaires de la République -ou de la justice comme ce Hortefeux et ses deux condamnations. De quoi conforter tous les Moubarak dans leur volonté coûte que coûte de s’accrocher à un pouvoir usurpé. Après tout, pourquoi se gêneraient-il ?

Angelina Vivaldi

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :