LA FRANCE, « DEMOCRATIE INCOMPLETE », selon The Economist

1 Mar

La France n’est plus une « démocratie complète ». C’est ce qui ressort de l’Indice démocratique établi tous les deux ans, depuis 6 ans, par le journal britannique The Economist. La France, et son président au « style autocratique », passe de la 24ème à la 31ème place, dans un classement qui souligne un « déclin » global de la démocratie dans le monde entre 2008 et 2010.

La troisième édition de cet Index, publiée à la fin de l’année 2010, ne donne pas lieu de se réjouir. En particulier pour la France. Entre 2008 et 2010, le pays a perdu 7 places dans le classement mondial des démocraties, passant de la 24ème à la 31ème. Pire,il est passé du rang de « démocratie complète » à celui de « démocratie incomplète ». Une nouvelle claque après celle du classement mondial de la parité, publié en octobre, dans lequel la France chutait de la 18ème à la 46ème place.

Méthodologie
« Il n’y a pas de consensus sur la façon de mesurer la démocratie », admet l’Economist Intelligence Unit, groupe de recherche dépendant du journal The Economist.
Il a choisi d’adopter 60 indicateurs regroupés en 5 catégories, « interconnectées » : le processus électoral et le pluralisme ; les libertés publiques ; le fonctionnement du gouvernement ; la participation politique ; la culture politique.
Ces indicateurs combinés donnent une note de 1 à 10. Les 164 pays étudiés sont classés en 4 catégories : « démocraties complètes » (score supérieur à 8), « démocraties incomplètes », « régimes hybrides », « régimes autoritaires ».

L’Economist Intelligence Unit y voit une double cause : « La confiance publique envers les partis politiques est extrêmement basse (…) Le degré de soutien populaire à la démocratie est le plus bas du monde développé : une personne sur sept ne considère pas que la démocratie est meilleure qu’une autre forme de gouvernement. La rupture entre les citoyens et les élites politiques s’est élargie ».

Mais c’est aussi parce que « selon le système politique français, le président détient un grand pouvoir. Le style autocratique et autoritaire de l’actuel président, Nicolas Sarkozy, représente une menace pour la tradition démocratique. Sous sa présidence se développent un sentiment anti-musulman croissant et une emphase sur les racines chrétiennes de la France. Les pressions sur les journalistes et les médias en ligne conduisent au déclin de la liberté de la presse. » Cette dernière critique était aussi faite par Reporters sans Frontières dans son dernier classement mondial de la liberté de la presse qui voit la France régresser à la 43ème place.

Avec la France, trois autres pays de l’Union européenne ont régressé ces deux dernières années pour devenir des « démocraties incomplètes » : l’Italie, particulièrement épinglée ; la Grèce ; et la Slovénie.
Aux premiers rangs du classement, on retrouve les pays du nord de l’Europe : Norvège, Islande, Danemark et Suède. Suivent l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les Etats-Unis pointent à la 17ème place.

Tendances mondiales
La moitié de la population mondiale vit en démocratie, dont 12% dans une démocratie complète (c’est le cas de 26 pays). Mais après une stagnation entre 2006 et 2008, ces deux dernières années font apparaître un déclin global de l’Indice démocratique, souligne l’Economist Intelligence Unit. Si les raisons de ce recul « sont complexes et variées », la tendance négative a été exacerbée par la crise économique de 2008 : « plusieurs gouvernements se sont sentis vulnérables et ont réagi en intensifiant le contrôle les médias et en réduisant la liberté d’expression ».

Les pays les plus développés ne sont pas épargnés, au contraire – l’indice a baissé, entre 2008 et 2010, dans 15 pays sur 21 en Europe de l’ouest, 19 sur 28 en Europe de l’est.
Les plus grandes disparités se retrouvent en Asie, ce qu’illustre l’exemple de deux voisins : la Corée du Sud, démocratie totale, est classée 20ème ; la Corée du Nord, régime autoritaire, dernière.

En Afrique subsaharienne, malgré des élections de plus en plus fréquentes, l’indice démocratique moyen n’a pas augmenté. Seuls 5 pays organisent des élections véritablement libres et justes : la Botswana, le Ghana, Maurice, le Cap Vert et l’Afrique du Sud. Ces trois derniers pays étant mieux classés que la France.

Rédigé avant les révolutions des peuples arabes – il dresse un portrait du monde en novembre 2010 -, le rapport constate que le Moyen Orient et l’Afrique du Nord « restent les régions les plus répressives du monde », avec 16 pays sur 20 classés comme autoritaires. Le rapport souligne un trait particulier à ces régions : un très faible niveau de démocratisation au regard des revenus des pays. Elle observe en parallèle le « fort impact négatif de la richesse pétrolière sur le développement démocratique ». La Libye pointe à la 158ème place, l’Arabie Saoudite à la 160ème. Israël, au 37ème rang, est la seule démocratie de la région – au demeurant incomplète.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :