REVOLUTIONS ARABES : Pendant ce temps, la France classée 31e au « palmarès » des démocraties !

2 Mar

Pendant que nos irréprochables gouvernants UMP s’apitoyent sur le sort des pauvres Arabes de Libye, Tunisie, ou Egypte soumis à des « tyrans  » et autocrates, dont « personne » n’avait saisi le caractère dictatorial de leurs régime, ni « pressenti les révolutions qui, par définition, sont imprévisibles », notre cher pays, volontiers donneur de leçons et paraît-il « patrie des droits de l’homme » se classe 31e au top 160 des pays instrospectés par le très sérieux et pourtant très libéral quotidien The Economist.

Beau palmarès, dont peuvent être fiers Sarkosy et ses sinistres sous-ordres, dont le réputé Hortefeux, bien connu pour la finesse de ses analyses racistes et la libéralité de ses actions de police dignes d’un Kadhafi. Grâce à ce gouvernement UMP, la France est passée en quelques années de la déjà peu enviée place de 24e au rang de 31e dans le classement des états, jugés sur leur capacité démocratique. Pour exemple, la Corée du Sud est 20e de ce même classement !

A cela plusieurs raisons : outre que « selon le système politique français, le président détient un grand pouvoir. Le style autocratique et autoritaire de l’actuel président, Nicolas Sarkozy, représente une menace pour la tradition démocratique. Sous sa présidence se développent un sentiment anti-musulman croissant et une emphase sur les racines chrétiennes de la France. Les pressions sur les journalistes et les médias en ligne conduisent au déclin de la liberté de la presse. » Cette dernière critique était aussi faite par Reporters sans Frontières dans son dernier classement mondial de la liberté de la presse qui voit la France régresser à la 43ème place, la France s’illustre par un système pénitentiaire digne du XIXe siècle, pratique un mode électoral parfaitement irrespectueux de la diversité d’opinions (avec ses fameuses « primes » à la majorité et l’absence de proportionnelle), fait condamner ses citoyens pour le port du T.shirt « casse-toi pauvre con » (ou rétrogade un prof cairote pour une pancarte du même jus) et autres joyeusetés… (en faire la liste serait fastidieux)

Un bien bel exemple en effet à offrir à ces peuples qui se soulèvent contre leurs tyrans ! Quelles leçons franchement a t-on à donner à ces gens qui avec leur sang paient le prix fort de leur liberté ? Quelle légitimité ont nos dirigeants arrogants à s’autoriser le moindre commentaire condescendant sur « l’état » démocratique ou non de ces pays qui ont été tout à la fois les matons de leurs frontières, les « remparts » du terrorisme et de l’Islam radical, et nos dealers généreux en énergies fossiles ? Quant à nous, pauvres citoyens endormis par notre pseudo liberté d’expression, sous le prétexte que l’on peut quand le prince le décide déposer un bulletin dans l’urne dont personne ne tient compte, nous n’y voyons goutte. Jamais il ne nous viendrait à l’idée de chasser nos petits dictateurs en herbe, prévaricateurs et sans-gêne, qui nous anesthésient et se fichent de nous depuis des lustres… Et pourtant, il faudra bien un jour que l’addition se règle.

Antonio Sanz

Plus : Lire aussi le papier de The Economist.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :