DEMISSION : Mais où en est notre pétulant François Mariani ?

20 Mar

Un clou chasse l’autre. Il est vrai qu’en ces temps d’abondance pour nos medias surbookés, les déboires du (pour l’instant encore) président de la CCI de Vaucluse passent un peu à l’arrière-plan…

Dure règle de l’actu. Et pourtant… Selon des « sources bien informées », comme on le dit d’usage, le patron François Mariani a du souci à se faire. Ursaaf et Fisc ont ouvert la chasse et alimentent le dossier déjà bien épais du notable local. Il faut dire que le « client » est appétissant : grande gueule, volontiers donneur de leçons, ex-président vauclusien du MEDEF, ce louangeur du libéralisme local est une figure du capitalisme d’entreprise version UMP et du self-made-man « épopée » provinciale. Certes, ce Mariani-là pour le moment se fait plutôt discret. En tout cas, point d’intervention intempestive dans les colonnes, ni même d’apparition publique trop ostentatoire. C’est que le bientôt ex-président de la Chambre de Commerce et d’industrie a intérêt à la jouer humble. Ce qui, chacun en conviendra, n’était pas vraiment dans ses habitudes…

Il faut croire que l’humilité, denrée rare au naturel chez nos notables provinciaux, devient du coup une vertu pour tout mis en cause dans les affaires de justice. Après s’être fort élégamment défaussé de ses « erreurs » et « errements » de gestion de sa propre entreprise sur son salarié de fils (Cf notre article), François Marani a visiblement appris à courber le dos… en attendant que l’orage passe.

Une stratégie de couard qui n’empêchera visiblement pas les administrations compétentes de fouiller un peu plus avant ses manquements et arrangements avec « l’éthique » entreprenariale, dont il s’était fait le chantre autoproclamé, et le fervent vrp en tant que président de CCI.

Un clou chasse l’autre, comme on vous le disait…

Angelina Vivaldi

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :