OLIVIER PY : La chute augurée d’un festival

15 Avr

La nouvelle est arrivée jeudi 14 avril : le ministre Mitterrand aurait proposé, conjointement avec la maire d’Avignon, la nomination d’Olivier Py à la direction du Festival d’Avignon dès 2013. Une très mauvaise nouvelle pour cette manifestation d’excellence, à la réputation internationale retrouvée grâce au duo dirigeant actuel, Vincent Baudriller et Hortense Archambault.

Car Olivier Py, s’il est un metteur en scène « people », est loin de convenir à la fonction que le ministre de la culture entend lui confier. Exécrable dans ses choix rétrogades de mise en scène, il est de surcroît le représentant d’une « école » conformiste et conservatrice à la Française, que l’on croyait pourtant remisée aux oubliettes de l’histoire. Confier à ce diacre de la convenance le pilotage d’une institution qui a accueilli toute l’excellence du théâtre européen ces dix dernières années, des Jan Fabre, Castellucci, Guy Cassiers et autres Angelica Liddell est une faute politique. Qui se double d’une faute esthétique et intellectuelle, le Festival devant rester ce laboratoire bouillonnant, créatif et très peu consensuel qu’il avait su devenir grâce au courage des programmateurs de l’actuelle direction.

Une catastrophe annoncée, qui, je l’espère, n’adviendra pas, l’actuel ministre étant, comme chacun le sait en sursis jusqu’au printemps 2012. Pour autant, ne baissons pas les bras. Frédéric Mitterrand et madame Roig doivent revenir sur ce choix inapproprié, et le plus vite possible. Avant que la fronde n’enfle et ne condamne ce détestable Py à trouver refuge en des contrées plus hospitalières pour son théâtre d’arrière-garde. En Libye, pourquoi pas ?

Antonio Sanz

REACTUALISATION du 30 avril 2011 : Selon nos infos, le CA du Festival d’Avignon pour entériner la proposition du ministre de nommer Py à la tête du festival, ne se tiendra pas avant fin 2012. Dont acte. Nous avons donc largement le temps de nous mobiliser !

UNE PETITION vient d’ouvrir sur Facebook : Si, comme nous, vous ne voulez surtout pas d’Olivier Py à la tête du festival d’Avignon, signez nombreux en cliquant « j’aime » sur PAS DE PY POUR AVIGNON

Publicités

Une Réponse to “OLIVIER PY : La chute augurée d’un festival”

  1. ESTIVALEZES 18 avril 2011 à 3:01 #

    Bonjour,
    Je découvre votre site par hasard en tapant le mot Py, suite à la petite polémique qui a agité le landernau d’incultes qui sévissent dans nos journaus ou radios. Je suis un fidèle abonné du théâtre de l’Europe Odéon depuis une trentaine d’années et vous avoue que depuis Py, ce théâtre a bien changé. C’est plutôt à La MC 93 que l’on peut voir parfois de bons spectacles.Il est vrai que si nous sommes à des années lumières de l’époque du maestro Strehler, on regrette Lavaudant qui avait été viré commes un malpropre par Donnedieu de Vabres.Donc Py se voyant attribuer un lot de consolation, Avignon, parce que ses soutiens se sont mobilisés, n’est pas très rassurant pour le devenir du festival.Le couple actuel n’est pas toujours visionnaire, mais certaines productions sont de belles réussites. Avec PY, surestimé par la critique, je ne suis pas certain que notre festival reste performant. Le véritable problème en France est que le théâtre est souvent confié à des personnes qui n’en ont pas la moindre idée. Mais comme journalistes et critiques font la pluie et le beau temps, il ne faut pas s’étonner que le ministre d’un ministère dont on se demande encore à quoi il sert prenne de telles décisions.
    A paris, nous échapons au pire : Py pour remplacer Mayette dont on attend toujours le départ.
    Depuis Crombecque, Faivre ou Puaux, avec leurs qualités et leurs défauts, il n’y a plus de directeurs de festival dignes de ce nom. J’ai connu Langlois à la cinémathèque, Lieberman à Garnier, Ponthus Hulten à Beaubourg.De grands professionnels, aux antipodes des énarques qui polluent par leur ignorance nos institutions culturelles.
    Donc si nous ne voulons pas Py, qui suggérez-vous?

    Excellent article par ailleurs sur la malbouffe à Avignon pendant le festival. Cher et infect.
    Il y a la de quoi lancer une pétition qui serait signée par des milliers de festivaliers.

    Bien à vous

    Philippe Estivalèzes

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :