MYTHOLOGIES : DSK, la Tragédie et le Pilori

17 Mai

DSK ou le sacrifié d’une société du spectacle post-moderne.

Tragédie, parce qu’effectivement, on ne peut pas ne pas penser au destin foudroyé de cet homme, puissant parmi les puissants, jeté en pâture depuis quatre jours à la furie populaire. Abandonné aux fauves. Détrôné, anéanti, le monarque est repassé du côté des vivants. Simple quidam d’entre les quidams, le voici réduit à sa plus congrue portion : un homme, simplement un homme.

Et qu’il fut -il y a très longtemps maintenant, pensez ! 4 jours, une éternité- le tout puissant banquier du monde et le plus que plausible futur président de la France n’y change rien : cet homme, comme ses semblables fait de chair et de sang, cet homme se retrouve sur le banc de l’infamie. Dépouillé de ses titres et honneurs, réduit à l’image pantelante et -osons le dire, abjecte- du sauvage parmi les sauvages, DSK, de la lumière des louanges, est passé à l’enfer des anathèmes.

Comme dans le cirque romain, notre héros, porteur, pour le peuple de France, de toute la justice espérée, investi de toutes les attentes, notre héros s’est retrouvé paria, en un petit matin dans les geôles de l’Amérique post-bushienne, c’est à dire puritaine à l’excès, sacrificielle, et revancheresse. Dominique Strauss-kahn est devenu, d’un seul coup de clic d’un seul, l’incarnation de la Bête. L’Immonde DSK, le désormais monstre… Dans cette Amérique post-Bush, où l’on ne montre que ce que l’on est en droit d’attendre des monstres. C’est à dire : rien.

Comment ne pas penser au « Bûcher des vanités ». Comment ne pas communier avec l’incroyable déchéance sacrificielle du Monstre ? Et les Français, ce peuple de révolutionnaires en goguette mais en manches, ne s’empêchent pas de le faire. Américains, votre Monstre est notre Héros national.

Peu importe qu’il fut ou non coupable de ce dont on l’accuse. Peu nous chaut au fond qu’il agressât ou pas cette femme, soudainement -elle-aussi- mise en lumière, auréolée de sa posture de victime (de vierge si j’osais), là n’est pas le sujet. Pour le dire autrement, peu nous importe que DSK -satyre d’entre les satyres aux dires de la meute qui le charge- soit innocent ou non. Un héros n’est jamais innocent, de toutes façons.

Pilori. Oui ! le peuple de France s’indigne que cette si indigne Amérique -terre de barbares et de bagnards dans l’inconscient national- ose ainsi exposer notre Monstre dans toute sa nudité crue (ou l’inverse). Oui, notre peuple s’insurge et grogne que vous, ô Américains de lointain très lointain cousinage osiez transgresser nos codes minimum : du respect de la présomption d’innocence, de la dignité de l’image, de la vérité juridique… et jetiez ainsi au pilori, sur la place publique, ce déluge indécent d’images infamantes de notre Héros eschylien.

Honte à vous ! Voici ce que pense le peuple révolutionnaire et égalitaire et confraternel de France. Oui, nous avons nous-même il y a fort longtemps renoncé à la mise à mort publique de nos criminels, oui, depuis très longtemps déjà nous avons conféré à nos Monstres -et dieu sait qu’ils furent nombreux- le minimum de dignité et de respect auxquels ils ont légitimement droit.

Américains, votre croisade puritaniste une fois encore se tient du mauvais côté. Celui de l’obscurantisme, de la régression et du populisme. Continuez ainsi de nourrir les chiens de votre haine ethnocentrique de l’humanité, obstinez-vous à flatter les plus bas instincts d’un peuple frustré et assoiffé de vengeance, bouffi de haine et irrespectueux de la dignité humaine, et vous disparaîtrez définitivement, un jour ou l’autre -très prochainement sans doute- de l’Histoire des hommes, enfouis, relégués dans les annales de la barbarie.

Marc Roudier

Publicités

2 Réponses to “MYTHOLOGIES : DSK, la Tragédie et le Pilori”

  1. Mathilde Primavera 20 mai 2011 à 12:13 #

    Si la police américaine la traité de la sorte c’est parce-que c’est un salaud ! Je ne vois pas pourquoi on protégerait un violeur sous prétexte qu’il s’appelle DSK ! Tout le monde s’indigne de ce traitement à son égard, mais parce-que beaucoup de monde n’ose pas avouer qu’ils ont honte d’ avoir fait confiance à un homme politique qui aurait pu avoir l’envergure d’un président de la république, en plus de sa position actuelle dans la classe politique ! Et si la police ne l’a pas ménagé c’est bien parce-que les preuves étaient accablantes à son égard, même si les ricains de crachent pas sur le fric pour l’avoir maintenant libéré sous caution ! Tout pue !!! C’est quand même incroyable que depuis ce soir tout tourne en sa faveur, en parlant du mauvais puritanisme des américains et de toutes les bonnes actions qu’il a effectué professionnellement. Pour remettre les pendules à l’heure, il faudrait que tout le monde aille lire le compte rendu fait à la police par la plaignante, où il est stipulé quand même qu’il a mis son sexe dans la bouche de la femme de chambre non consentante !!! Abominable !!! Pauvre femme !!! Une véritable victime, mais le machisme dominant s’en fiche pas mal évidemment ! Un cynisme qui ne m’amuse pas !!!

  2. JEAN 18 mai 2011 à 3:15 #

    Marc tu es la légende, presque vivante, d’une gauche aveugle !!!!
    Confraternellement

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :