BOUFFER BIO TUE

6 Juin


LE MOT DE TAÏEB

La preuve en est faite : on peut faire ce qu’on veut, croire qui on veut, plus rien ni personne nous assure de l’innocuité de ce que l’on mange. Après avoir dévasté l’économie espagnole, les Allemands découvrent que ce sont leurs idéologiques pratiques alimentaires et leur foi puritaine en une alimentation soi-disant « saine » qui ont empoisonné et tué leurs concitoyens.

Et le concombre ainsi innocenté, au prix d’une note effarante que le citoyen devra payer (au nom de quoi ? pourquoi les Allemands n’assument-ils pas l’addition ? ), l’Europe stupéfaite s’aperçoit que, contrairement à ce que le lobby écolo-bio voudrait nous faire croire (je sens que je vais me faire des amis), manger bio n’est en aucun cas la garantie de mieux se porter…

Et pour cause : ces cochons d’agriculteurs bio, sous le prétexte de ne pas nourrir leurs chères plantules d’un cocktail chimique douteux à base d’engrais industriels, n’ont rien trouvé de mieux que les sustenter avec une boue peu ragoûtante d’excréments animaux (ou autres, allez savoir avec ces « naturalistes »), pudiquement appelée fumier, bref un bouillon explosif de bactéries et autres cochonneries hautement pathogènes, si peu prophylactiques…

Alors qui croire ? Que faire ? Continuer de s’empoisonner chimiquement avec les saloperies de l’industrie agro-alimentaire ? Ou s’adonner sans réserve à l’incurie de ces apprentis sorciers labellisés bio qui nous garantissent une alimentation « saine » et la grande espérance de vie qui devrait logiquement en découler ? Craindre qui ou quoi ?

Les deux, mon général. Il faut se méfier de ces deux idéologies de la bouffe, aussi pernicieuses et néfastes l’une que l’autre, aussi intéressées, partiales, et déconnectées de nos vrais besoins. Et cesser de croire tous ces charlatans, que ce soient ces industriels sans foi ni loi, ou ces nouveaux gourous improvisés « experts » de l’alimentation bio, piteux paysans et dispensateurs de fort mauvaises graines…

Des empoisonneurs qu’il convient de combattre, et de boycotter. Arrêtons donc d’agréer, que dis-je d’idolâtrer les uns ou les autres, et, d’ailleurs, arrêtons de bouffer tout court : le monde ne s’en portera que mieux…

Taïeb El Baradeï

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :