LES SUDS A ARLES : ESTRELLA MORENTE le 13 juillet

11 Juin

Digne héritière du grand rénovateur du flamenco Enrique Morente et issue d’une grande famille d’artistes gitans de Grenade, cette chanteuse magnifique a reçu en héritage toute l’essence du flamenco… qu’elle habille d’une émotion intense et d’une belle personnalité. Voix lumineuse et cachée de Penelope Cruz dans Volver, le film d’Almodovar, elle est considérée aujourd’hui comme l’une des cantaoras les plus brillantes d’un flamenco qui sait séduire un large public. Ses apparitions en France sont rares : après Chaillot et Marseille, Suds est seulement sa 3e grande scène française !

S’il est vrai qu’Estrella sort des canons traditionnels, elle respecte cependant le compas et les structures harmoniques des palos qu’elle interprète. Sa voix claire et cristalline, ses qualités techniques uniques lui permettent de jouer avec les sons et de prendre quelques libertés avec la tradition : sauts de notes comme dans un vibrato ou intonations orientales très prononcées. Et plus que chanter, Estrella raconte des histoires, confie des secrets et finit par créer une complicité avec le public. Sur scène, cette jeune chanteuse joue de toute sa sensualité et de son charisme : jeu de châle et pas de danse, créant une émotion supplémentaire au chant.

S’appeler « Morente », être l’épouse d’un grand torero (Javier Conde) et faire carrière dans le chant n’était pourtant pas simple… Née en 1980 à Grenade, elle est la fille du cantaor Enrique Morente et de la bailaora Aurora Carbonell, la nièce d’Antonio et José Carbonell -respectivement cantaor et guitariste- et la petite-fille du guitariste Montoyita ! A 7 ans elle chantait, accompagnée à la guitare par le maestro Sabicas et parcourait le monde à 16 ans avant de chanter pour Peter Gabriel et Carlos Saura…

C’est en 1997 qu’elle débute comme soliste, à la Peña de la Plateria de Grenade, à l’occasion de l’anniversaire de Federico Garcia Lorca, invitée par Cañizares au Grec’97 ou encore, et avec grand succès, aux côtés de figures comme Imperio Argentina, Martirio et Carmen Linares au Théâtre de la Maestranza. En 2001, Mi cante y un poema, premier album de la cantaora produit par son père et lancé sous le label Real World de Peter Gabriel, la lance au niveau international. Fin 2001, Calle del Aire est acclamé pour son éclectisme et son hétérodoxie. Son premier disque fut disque de platine ; le second, disque d’or…

Après 5 ans de silence discographique, sort Mujeres : s’ensuit une tournée mondiale de Broadway à Marseille, une nomination au Latin Grammy Awards et le Prix de la Musique dans la catégorie « album flamenco » en 2006. En 2008, elle reçoit le Prix du Meilleur Spectacle en direct et le Prix « Flamenco Hoy » (Flamenco aujourd’hui)… autant dire qu’Estrella a su se faire un prénom ! Fervente admiratrice de La Niña de los Peines et de Camaron de la Isla, et bien entendu de son père avec qui elle partagea la scène (et a qui elle rendra hommage au prochain festival du Cante de las Minas de la Union), Estrella Morente est aujourd’hui l’une des valeurs sûres de la jeune génération du flamenco.

Elle sera accompagnée à la guitare par Montoyita et El Monti ; chœurs et palmas : Antonio et Angel Carbonell, El Quiqui ; percussions de El Popo.

Festival les Suds à Arles. Concert d’Estrella Morente le mercredi 13 juillet à 21.30h.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :