ROMS : GRANDE MARCHE POUR LA DIGNITE ROM CE 1er OCTOBRE

1 Oct

A l’initiative des organisations Roms et et des associations anti-racistes, voici un appel à une grande manifestation ce samedi 1er octobre à Paris. Le peuple le plus Européen qui soit, présent en Europe dès le 15e siècle de Dublin à Crakovie, de Bucarest à Madrid est depuis toujours l’objet de discriminations odieuses de la part des peuples « autochtones » comme des pouvoirs. Après avoir subi les pogroms, puis les camps de la mort nazis, les voici qui aujourd’hui sont agressés au quotidien en Europe de l’Est, leurs maisons brûlées, leurs enfants interdits d’école, et ici, en France, lâchement discriminés et expulsés par le gouvernement UMP au profit d’une politique sécuritaire purement électoraliste. Ce peuple qui ne demande qu’à vivre en paix et circuler librement, comme il en a le droit en tant que citoyens européens, n’en peut plus. Il est grand temps de l’aider à retrouver sa dignité, un respect auquel il aspire légitimement, et une vraie place dans la communauté des peuples européens.

Voici le communiqué d’appel à manifester à Paris aujourd’hui 1er octobre à 14 h. Rejoignons-les en nombre pour une marche de la dignité :

Il y a un an, de nombreux citoyens roumains et bulgares étaient brutalement expulsés de France parce que Roms.

Ces actes de violences se déroulè rent sous l’œil des caméras de télé vision mais dans l’indifférence quasi-générale, nonseulement des classespolitiques , mais également des sociétés civiles européennes.

Pour beaucoup, elles apparaissaient comme le dernier acte d’une tragédie que devraient fatalement subir les Roms à travers toute l’ Europe depuis plusieurs siècles , et dont les persécutions des nazis et de leurs collaborateurs ont constitué le paroxysme, mais pas la fin. Beaucoup se sont ré sign és à l’indifférence par lassitude, par manque de protection politique ou institutionnelle, par autoconviction que ces positions de dominés étaient accept ées voire désirées par les Roms eux-mêmes.

L’évocation de ces violences est pourtant insupportable : en Hongrie , manifestations des milices d’extrême droite dans les villages où vivent de nombreux Roms, comme à Gyongyospata, les obligeant à fuir.

En République Tchèque et en Hongrie, assassinats et crimes racistes. Dans de nombreux villages, les Roms sont séparés du reste de la population par des murs construits à ceteffet par les autorités locales , comme à Tarlungeni ou Baia Mare en Roumanie, Michalovce, Koice, Preov ou Svinia en Slovaquie , Sliven en Bulgarie,…

En Serbie, Croatie , Moldavie France et Turquie , violentes discriminations raciales dans tous les secteurs de la vie. Retours forcés au Kosovo et expulsions d’ Allemagne , du Danemark et de Suède, etc. Cette funeste liste pourrait s’allonger indéfiniment, si bien que les sentiments de fatalité et d’ impuissance , voire de normalité de la violence subie l’emportent parfois, même chez certains d’entre nous.

Ces sentiments sont similaires à ceux qui avaient gagné les membres de la communauté gayaméricaine jusqu’à la fin des années soixante. Ils s’étaient habitués aux représentations dégradantes, à la condition de marginalité, à ne pas jouir des mêmes droits que les autres citoyens et à subir régulièrement des violences, individuelles comme policières, simplement parce qu’ils étaient gays.

Le 29 juin 1969, suite à la descente policière du jour au Stonewall Inn, petitbar gay du quartier de Greenwich Village à New York , une poignée d’habitués, rejoints par quelques habitants du quartier, ont décidé de dire « Assez ! ».

Après quatrejours de confrontations avec la police , quelque deux milles personnes ont organisé une marche dans les rues de la Ville : la Gay Pride était née. Un an après l’ affirmation d’une politique anti-Roms délibérée en France , quelques jours, mois ou années après les insupportables violences racistes subies par les Roms sur tout notre continent, le samedi 1er octobre sera le « Stonewall rom européen ». Ce jour-là nous, responsables de la société civile européenne antiraciste et rom, allons assumer nos responsabilités et crier avec force et détermination : « Dosta ! », « Assez ! ».

Avec fierté et espoir en une Europe débarrassée du racisme, de l’antisémitisme et de toutes les discriminations raciales, nous allons marcher pour la première Roma Pride. Nous en avons assez des stéréotypes racistes, assez des discriminations raciales permanentes, assez de la marginalisation forcée, assez des violences quotidiennes, assez du statut de bouc-émissaire, assez des meurtres racistes, qui touchent les individus ou communautés roms au cœur de notre continent depuis trop longtemps, assez ! Ensemble , avec de nombreuses organisations de la société civile, des citoyens engagés célèbres ou anonymes, puissants ou faibles, nous allons défiler au cœur des capitales européennes pour fairemieux connaître et pour dénoncer le racisme et les discriminations raciales dont sont victimes les Roms, aujourd’hui, à travers toute l’Europe.

A l’occasion d’événements culturels, nous partirons à la rencontre de tous ceux qui souhaitent mieux connaître la diversités des cultures, des identités, des histoires et des mémoires roms, bien loin des stéréotypes et clichés éculés. Par notre actioncommune , nous ferons vivre le rêve européen et la valeur d’égalité qui le fonde. Notre revendication sera donc simple et claire : l’égalité des droits et l’égale jouissance des droits pour tous les individus vivant en Europe. En un mot, la dignité. Ainsi, nous mènerons une coalition européenne de solidarité et d’idéal de la Norvège à la Turquie, de la France à la Lettonie en passant par la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et bien d’ autres pays européens pour clamer haut et fort : Roma Pride !

Benjamin Abtan, Secrétaire Général du European Grassroots Antiracist Movement – EGAM, et les dirigeants d’organisations roms et antiraciste de 21 pays européens

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :