Tag Archives: éléphant

VITE ! SOUTENONS LE MAINTIEN DE L’ELEPHANT DE BARCELO

6 Nov

Nous le savions déjà, mais hélas, l’hypothèse se confirme : il semblerait que la sculpture géante du Catalan sur la Place du Palais soit amenée à repartir, et ce malgré la forte envie d’une majorité d’Avignonnais de la maintenir à sa place. Madame Roig doit rencontrer aujourd’hui Miquel Barcelo et en discuter avec lui (cf l’article d’Avignews) mais il semble que sa position soit acquise. Espérons donc que nous serons assez nombreux à nous manifester et influer sur une décision préjudiciable à la ville et à son rayonnement international.

Pour notre part, nous pensons que cette oeuvre forte a trouvé là son écrin idéal. Au delà du coup-de-poing à l’estomac qu’une telle oeuvre expédie au regardeur à sa première vision, et nonobstant ses propres qualités sculpturales, cette pièce majeure de l’artiste catalan, qui trompe les lois de l’équilibre de manière iconoclaste, vaut par sa monumentalité irradiante et la distorsion d’échelle qu’elle fait ainsi subir à l’autre mastodonte de la place, le Palais des Papes lui-même. Une relecture absolue du chef-d’oeuvre architectural sur laquelle nous ne pouvons faire l’impasse. Plus qu’un apport esthétique, bien au-delà d’un simple ajout décoratif, l’Eléphant, tel un cartouche d’étalonnage, réécrit la monumentalité du bâtiment même, en en proposant sa ré-invention, au sens étymologique du terme. Une collision poétique, véritablement sidérante.

Mais Madame le Maire doit aussi appréhender l’apport considérable en matière de fréquentation et de rayonnement qu’une telle confrontation esthétique induit. En termes de tourisme culturel, et donc d’économie locale, ce couple monumental d’une rare force poétique a un effet d’attraction exceptionnel. Priver Avignon d’une telle coïncidence, au sens littéral, est une erreur poétique, mais au-delà, constituerait bel et bien une faute économique et politique.

Soyez nombreux à rejoindre notre pétition sur Facebook : Pour le maintien de l’éléphant

Publicités

Expo Miquel Barceló : L’éléphant n’a pas trompé

14 Sep


Rejoignez la pétition de L’ESPRIT pour le maintien de l’éléphant sur : Facebook / L’esprit d’Avignon

Avignews | le 07/09/10 à 11h22


L’événement « Terra-Mare » de Barceló, a-t-il tenu ses promesses… éléphantesques ?
400 œuvres de l’artiste catalan sont partagées dans trois lieux historiques d’Avignon depuis le 27 juin dernier jusqu’au 7 novembre. Avant d’entamer l’été indien, un petit bilan à mi-parcours de la triple exposition d’art contemporain s’impose.
Un bilan positif à différents niveaux

À la Collection Lambert, le taux de fréquentation par rapport à une exposition d’été a, jusqu’ici, été multiplié par trois. Une satisfaction sans précédent. « Fin août, on a dépassé les 21 000 visiteurs. Sans parler des chiffres de la librairie et des produits dérivés qui sont hallucinants », confirme Stéphane Isbard en charge de l’événement. « Au départ, on pensait à peine écumer les stocks, on a déjà recommandé trois fois le catalogue. En août, on avait parfois 300 personnes par jour, du jamais vu ! »

Au musée du Petit Palais, la conservatrice Dominique Vingtain, sans avancer de chiffres, annonce également une légère hausse de fréquentation par rapport à 2009. « C’est une occasion remarquable de faire dialoguer les six œuvres de Barcelò avec l’art ancien, il est rare qu’un artiste se situe dans une continuité et joue la carte de montrer son héritage culturel. Des gens viennent pour Barcelò et participent au renouvellement du musée. Mon but était surtout de travailler à une manifestation globale voulue par la Ville, mais aussi de montrer que notre collection italienne et provençale peut stimuler les artistes d’aujourd’hui ».

Seul le Palais des Papes a connu une baisse de fréquentation. « Le Palais a vu passer plus de 158 000 visiteurs depuis le début de l’expo, ce qui représente une légère baisse par rapport à 2009 (2 % de visiteurs de moins en juillet, soit 1500, et 1 % en août) » explique Muriel Botella, directrice de la communication de RMG Palais des Papes. « Mais il est difficile de comparer des chiffres dans la mesure où cela fait longtemps que l’on n’a pas organisé une exposition d’art contemporain. De façon instinctive, nous sommes plutôt satisfaits et je pense que l’exposition nous a permis de sauver la saison touristique. Rien de catastrophique ni d’extraordinaire ».

Pari tenu donc dans l’ensemble, avec un effet bonus pour la ville qui a largement soutenu l’événement. Le buzz touristique autour de l’éléphant en bronze qui trône du haut de ses 9 mètres sur le parvis de la place du Palais des Papes et qui suscite un attachement inattendu auprès de la municipalité.

D.M.

%d blogueurs aiment cette page :