Tag Archives: Frédéric Mitterrand

OLIVIER PY : La chute augurée d’un festival

15 Avr

La nouvelle est arrivée jeudi 14 avril : le ministre Mitterrand aurait proposé, conjointement avec la maire d’Avignon, la nomination d’Olivier Py à la direction du Festival d’Avignon dès 2013. Une très mauvaise nouvelle pour cette manifestation d’excellence, à la réputation internationale retrouvée grâce au duo dirigeant actuel, Vincent Baudriller et Hortense Archambault.

Car Olivier Py, s’il est un metteur en scène « people », est loin de convenir à la fonction que le ministre de la culture entend lui confier. Exécrable dans ses choix rétrogades de mise en scène, il est de surcroît le représentant d’une « école » conformiste et conservatrice à la Française, que l’on croyait pourtant remisée aux oubliettes de l’histoire. Confier à ce diacre de la convenance le pilotage d’une institution qui a accueilli toute l’excellence du théâtre européen ces dix dernières années, des Jan Fabre, Castellucci, Guy Cassiers et autres Angelica Liddell est une faute politique. Qui se double d’une faute esthétique et intellectuelle, le Festival devant rester ce laboratoire bouillonnant, créatif et très peu consensuel qu’il avait su devenir grâce au courage des programmateurs de l’actuelle direction.

Une catastrophe annoncée, qui, je l’espère, n’adviendra pas, l’actuel ministre étant, comme chacun le sait en sursis jusqu’au printemps 2012. Pour autant, ne baissons pas les bras. Frédéric Mitterrand et madame Roig doivent revenir sur ce choix inapproprié, et le plus vite possible. Avant que la fronde n’enfle et ne condamne ce détestable Py à trouver refuge en des contrées plus hospitalières pour son théâtre d’arrière-garde. En Libye, pourquoi pas ?

Antonio Sanz

REACTUALISATION du 30 avril 2011 : Selon nos infos, le CA du Festival d’Avignon pour entériner la proposition du ministre de nommer Py à la tête du festival, ne se tiendra pas avant fin 2012. Dont acte. Nous avons donc largement le temps de nous mobiliser !

UNE PETITION vient d’ouvrir sur Facebook : Si, comme nous, vous ne voulez surtout pas d’Olivier Py à la tête du festival d’Avignon, signez nombreux en cliquant « j’aime » sur PAS DE PY POUR AVIGNON

Publicités

CELINE : Le Mitterrand nouveau en révisionniste littéraire

22 Jan

LE BILLET D’ANGELINA

Pauvre ministre sans envergure ni courage, désormais contraint de se plier aux injonctions des amis de Sarkosy. L’affaire, qui ne devrait pas en être une : Le ministre de la Culture Mitterrand, a annoncé vendredi le retrait de Louis Ferdinand Céline du recueil des célébrations nationales de l’année 2011, sur recommandation de l’avocat sarkosyste Serge Klarsfeld, par ailleurs président de l’association des fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF).

« Après mûre réflexion, et non sous le coup de l’émotion, j’ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales», annonce Frédéric Mitterrand. «Ce n’est en aucun cas un désaveu à l’égard du Haut comité (chargé d’établir la liste des personnalités) mais (…) une inflexion que j’assume pleinement », assure le ministre.

Ou comment un ministre, sous couvert du politiquement correct -ce qui n’a rien à faire en littérature-, se permet de juger de l’importance d’un écrivain, qui plus est pas le moindre : l’auteur du Voyage ou de Mort à crédit, étant unanimement reconnu comme l’un des deux ou trois plus grands du siècle dernier. Mais Mitterrand, en mouton bêlant, préfèrera sans doute ne pas froisser les amis de son maître, au risque de se voir taxer de révisionniste pour la postérité.

Premièrement, de quel droit un quelconque avocat avide de notoriété et d’influence se permet-il de faire pression sur le ministère de la Culture, lui dont le nom et l’aura doivent surtout beaucoup au travail sérieux et mesuré de son père et au militantisme sans concession de sa mère Beate ? Qui est-il, quelle légitimité intellectuelle et critique a t-il pour juger qu’un écrivain -aussi détestable idéologiquement par ailleurs- puisse disparaître du panthéon littéraire de la France ?

Deuxièmement, comment un ministre de la République, garant de la Culture française et de ses oeuvres patrimoniales, peut-il plier aussi facilement devant ce donneur de leçons, au motif que l’auteur visé a également produit tout un fatras abscons d’absurdités ignominieuses, vulgairement antisémites, mais qui pour autant, n’enlèvent rien à la qualité littéraire de son oeuvre de grand écrivain ?

Si l’on n’y prend garde, c’est bientôt tout le patrimoine littéraire qui se verra purgé de ses « mauvais » éléments, pour cause d’opinion non conforme à la bien-pensance contemporaine. La liste risque d’être longue… Pour ma part, je préfèrerais toujours un immense écrivain à l’idéologie douteuse, à un écrivaillon à la pensée correcte. Mitterrand, lui, a choisi. Désormais, la République dispose d’un ministre plein à la censure et à la désinformation. Ce qui nous évoque d’autres temps tout aussi céliniens, et fait honte à l’ensemble des admirateurs de la Culture française.

Angelina Vivaldi

%d blogueurs aiment cette page :