Tag Archives: Loppsi 2

SARKO LE MILICIEN : Ou Loppsi 2 en bénédiction programmée des bavures « policières »

1 Fév

LE BILLET D’ANGELINA

Il y avait déjà dans cette « loi d’orientation », cette saloperie d’article anti-roms déguisé, visant à interdire tout habitat non-ordinaire tels les caravanes, camions, cabanes, et autres yourtes. Voici que l’article 37 ter, qui devrait être entériné avec toute la seconde version de Loppsi au printemps prochain par les deux chambres, autorise des milices de « réservistes » de la police ouvertes à tous les citoyens.

Autrement dit, sans formation ni quoique ce soit, tu te retrouves avec un flingue dans les mains (« sous certaines conditions de formation », précise le texte, soit quelques heures pour s’initier au maniement des armes), le droit de verbaliser, et un gentil uniforme de flic pour parader.

La loi déjà ultra-sécuritaire Loppsi 2 se transforme ainsi en instrument d’une félonie inouïe, indigne d’un pays républicain, où la police devrait être une affaire sérieuse, et contrôlée. Dorénavant, n’importe quel connard musclé et bien frontiste (à condition qu’il ait un « casier vierge ») va pouvoir se transformer en shérif au service de la sarkosie, qui a taillé dans tous les budgets de recrutement de vrais flics sous prétexte de doctrine « un fonctionnaire sur deux non remplacé ». Attendons-nous donc à toutes les dérives.

Pour l’instant, nous n’avons guère entendu les syndicats de police s’exprimer sur ce sujet, qui pourtant, vise à la réduction conséquente de leurs effectifs et à la déprofessionnalisation de leur corporation. Ni d’ailleurs les syndicats de la magistrature, pas plus que les constitutionnalistes bien en vue sur les plateaux télé. Blanc radio. Pourtant, ce petit truc que Sarko et sa clique veulent faire passer en douce nous rapproche dangereusement d’une époque sinistre, où les supplétifs de la police -un ramassis de canailles et de droits communs- organisaient la pire répression au service de la Collaboration.

Il est temps de se remuer un peu contre cet arsenal liberticide, sécuritaire, en un mot facho que la sarkosie en manque de cote d’amour essaie de nous fourguer par derrière. En ce printemps arabe qui, nous l’espérons, ne tournera pas au cauchemar, prenons un peu exemple sur nos frères tunisiens ou égyptiens et n’hésitons pas à descendre dans la rue. Tant qu’il n’y a pas encore de milices aux gros gourdins…

Angelina Vivaldi

A Avignon aussi, on se mobilise contre ce loppsi 2 : cf article

Publicités

LOPPSI 2, SUITE : L’Etat veut-il la peau de la yourte ?

9 Jan

La yourte dans la ligne de mire des autorités ? Un article de la loi sur la sécurité intérieure “Loppsi 2”, inquiète leurs propriétaires. La loi permet aux préfets l’expulsion et la destruction des “habitats illicites” en 48 heures chrono.

Depuis le fin fond du Luberon où il a installé sa yourte, il y a de nombreuses années, Tom défend “une approche de la vie poétique” et un quotidien viscéralement ancré dans l’écologie.

Même s’il est difficile de les compter, ils sont nombreux à avoir fait comme lui, le choix d’une vie alternative. Yourte, cabane, tipi, roulotte, maisons végétales ou en matériaux de récupération. « Cela peut ressembler à un rêve d’enfant que de construire sa maison dans un arbre, explique Tom. Mais il ne faut pas oublier que la crise du logement peut également pousser les gens vers la solution d’un habitat alternatif ».

Qu’ils soient ermites au fond des bois, babas convaincus ou bobos arrivistes, ceux qui ont fait ce choix de vie craignent désormais pour leur toit.

Philosophe depuis le Luberon, Tom n’a pas peur. « Je dis : pas de panique ! Je ne vois pas pourquoi tout le monde s’affole.

Le gouvernement ne cherche qu’à se protéger pour pouvoir avoir le dernier mot au cas où… c’est s’il y a abus que cela peut devenir dangereux pour nous.

L’effet le plus néfaste sera de dissuader les gens de franchir le pas et de faire peur aux novices. Au risque de condamner la yourte à servir pour des cocktails mondains dans des jardins snobs ! »

Depuis 7 ans Jack Bollet, créateur de “yourte.com” importe des yourtes de Mongolie pour les revendre. Son dépôt est installé à Pont-Saint-Esprit, endroit stratégique entre Cévennes et Ardèche. « La yourte est considérée comme un objet culturel mongol artisanal, c’est une tente donc ça se démonte. C’est à partir du moment où l’on y installe un point d’eau qu’on peut la considérer comme habitation. La loi évoque des problèmes sanitaires, mais c’est injuste. Personne n’a jamais rien imposé là dessus auparavant. On a laissé faire les gens et maintenant on leur tape dessus ? Ce n’est pas ça qui va résoudre le problème du logement ».

En attendant le passage au Sénat, les associations militantes comme Halem, (Habitants de logements éphémères ou mobiles) et syndicats comme la CNT (Confédération nationale du travail) organisent la résistance et appellent à une journée d’action le 15 janvier, partout en France. À Avignon aujourd’hui, la CNT invite tous ceux qui le souhaitent à participer à une réunion d’information à partir de 17 heures, à la Maison IV de Chiffre, rue des Teinturiers.

En attendant, beaucoup se demandent s’ils ne sont pas en train de faire un mauvais rêve et n’osent penser qu’un pays pourrait partir en guerre contre leurs maisons de fortune. Pays dont le conseil d’État annonçait le 20 décembre dernier qu’il avait trouvé une solution face au manque de place d’hébergement pour les demandeurs d’asile. Il suffit, préconisait l’institution, de les loger sous des tentes…

La rédaction de Vaucluse Matin / 08/01/2011

LIBERTICIDE LOPPSI 2 : Et maintenant, blogueurs, gare à vos fesses !

16 Déc

Débattu tardivement hier soir à l’Assemblée Nationale, le fameux article 4 de la Loppsi 2 a été adopté. Brice Hortefeux et ses soutiens sont donc parvenus à repousser l’intervention préalable du juge pour bloquer d’éventuels sites « illicites » (en particuliers ceux proposant de la pédopornographie, le cheval de Troie du filtrage), tout comme l’intervention de la Cnil, décidément muselée, ou la rédaction d’un rapport d’application annuel jugé « pas nécessaire » par le Ministre de l’Intérieur… Les amendements déposés par l’opposition pour amoindrir l’effet d’un potentiel filtrage du Net ont été rejetés à la chaîne.

S’il ne représente qu’une « petite » partie du projet de Loi, qui couvre des champs bien vastes, cet article 4 a mis depuis plusieurs mois le feu aux poudres sur le Net. Il fait partie du chapitre sur la lutte contre la cybercriminalité, veut protéger « les internautes contre les images de pornographie enfantine » en mettant en place une liste noire de sites qui devront être bloqués par les fournisseurs d’accès. C’est donc de la mise en place d’un système de filtrage d’Internet qu’il s’agit. Une première qui ne manque pas d’affoler les défenseurs de la liberté d’expression, qui redoutent la mise en place d’un mécanisme de censure qui pourrait être bien vite étendu à d’autres sujets moins « fédérateurs ». Comme WikiLeaks, attaqué par Eric Besson la semaine dernière. D’autant qu’il s’agit d’une procédure administrative et non judiciaire centralisée par l’Office de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).

En janvier, à l’Assemblée nationale, le texte avait été amendé, imposant la décision d’un juge avant tout blocage. Mais il est revenu à son état d’origine en septembre au Sénat, avec une argumentation toute en subtilité de Brice Hortefeux : « Lorsque la maison brûle, on ne demande pas au juge l’autorisation d’envoyer les pompiers. » En novembre, un communiqué sur le sujet a fait grand bruit. Il venait de l’Ange Bleu, association nationale de protection de l’enfance, qui considère le blocage des sites comme une disposition « inefficace, contre-productive et dangereuse à l’égard de l’exercice démocratique ».

L’intervention du Conseil Constitutionnel est désormais pour les opposants à l’article 4 la dernière solution pour tenter de réintégrer l’autorité judiciaire dans le processus.

Alexandre Hervaud, Erwan Cario / ECRANS / Liberation.fr
titre original de l’article :  » Loppsi 2 : et pour quelques clics de cybercensure »

SUR-MESURE : Loppsi 2, une loi scélérate pour les Roms et les Sans-Abris !

13 Déc

Du 14 décembre au 21 décembre doit passer en seconde lecture la loi loppsi 2, dont l’article 32 terA est particulièrement orienté : « Vivre dans des camions, yourtes, tipis, roulottes, cabanes… deviendra illicite ! Une lettre sera envoyée à tous les maires et préfets qui seront redevables d’une amende de 3 700 € en cas de non-DENONCIATION !!! ». Voici la Sarkosie scélérate de nouveau à l’oeuvre : désormais, ami Rom, Sans-Abri, teufeur, baba en tout genre… tu ne pourras plus occuper ton camion ou ta caravane sans que la police de Hortefeux ne vienne t’en déloger. Pire, les maires seront obligés de se transformer en zélés délateurs de la République néo-vichyste de Sarko s’ils ne veulent pas écoper d’une amende…

Nous les appelons dès aujourd’hui à la désobéissance civile sans compromis, si par malheur la loi est adoptée en l’état. Cette horreur digne des pires périodes de l’histoire est non seulement une récession sans nom quant aux droits élémentaires, mais de plus, sera certainement illégale au regard de la législation européenne. N’empêche : mobilisons-nous en masse et faisons reculer cette ignominie digne des pires états totalitaires ! Loppsi 2 doit être retirée sans délai.

Antonio Sanz avec Gatonegro

Plus d’infos avec : LOPPSI 2.FR
ainsi que l’article de POLITIS

%d blogueurs aiment cette page :