Tag Archives: Provençal

MARIE-JOSE ROIG une fois encore à côté de la plaque

17 Déc

LE COUTEAU DANS L’OS d’Antonio Sanz

Vous avez vu la dernière ? Notre (très) chère maire Noël a décidé de sous-titrer chacune de nos voies publiques en Occitan. Pardon, Provençal. Bref en une pauvre langue morte depuis très longtemps (depuis que Dante l’a utilisée par mégarde dans sa « Divine Comédie » pour être précis), totalement inusitée par nos concitoyens maintenant que les poilus de 14 sont morts et enterrés, et tout juste otage de quelques associations nostalgiques de « purs » Provençaux qui fleurent bon le nationalisme pétainiste.

Une belle revanche pour ce ringard d’Aubanel, un enfant du pays, ou pour ses copains « felibres », tous idôlatrés par les trop fameux collabos de l’Action Française et autres Maurassiens de bon teint.

Bref, pour faire plaisir à ces papys mistraliens et autres aficionados du « parler » provençal, dialecte qui au passage ne doit plus guère compter plus de 5 000 locuteurs, notre mairesse bienfaitrice de l’ethnologie et des langues rares va se fendre de plus de 80 000 euros (au bas mot, si l’on comptabilise toutes les voies et places « reliftées ») sur notre dos de contribuable, pour pavoiser nos rues de cet idiome rétrogade et surtout illisible pour le commun des Avignonnais !

Sauf que Avignon n’est pas Barcelone. Et d’ailleurs, cette grande métropole espagnole -oui, espagnole, ne vous en déplaise- peut au moins se targuer d’utiliser au quotidien sa langue « indépendantiste », puisque le Catalan compte quand même 7 millions de locuteurs. Et que ceux-ci ne sont pas tous des fachos, même si parfois ils sont limites, en témoigne cette interdiction absurde de la Corrida -un art que nous défendons et soutenons- sous le prétexte d’indépendantisme et dieu sait quelle connerie de revendication hors-sujet.

Voilà. 80 euros environ par plaque apposée, tout ça pour donner à Avignon un air de je ne sais quoi de plus « Provençal », de plus régionaliste, bref en deux mots : de plus ringard et nationaliste. Un truc très coûteux pour nos concitoyens, au prétexte d’affirmer une « provençalitude » qui n’existe plus que dans l’esprit embrumé de Madame Roig et de quelques attardés cacochymes, nostalgiques du Vichysme, et certainement fervents pélerins de la plaque apposée à Maillanne par Pétain lui-même à la gloire de « l’immense » Frédéric Mistral, mauvais écrivain et frontiste avant l’heure. Merci et Amen, pour reprendre Angelina tantôt.

Antonio Sanz

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :