Tag Archives: PS

CE 17 OCTOBRE : DESORMAIS LE PEUPLE PREND LE POUVOIR

17 Oct

Eh oui ! Mais pas qu’aux primaires citoyennes, où tout de même plus de 3 millions de citoyens de gauche se sont déplacés vers les urnes de la « primaire du PS » (un parti qui ne compte que 130 000 adhérents seulement !). En réalité, ce sont de simples citoyens impliqués qui ont voté, des « lambdas » dont feraient mieux de se méfier le suintant Copé et sa clique désolante de prévaricateurs et autres mis en examen de l’UMP… 3 millions dans les urnes en France, donc, mais aussi, tout naturellement, comme il se devait depuis trop longtemps, plusieurs millions dans LA RUE mondialisée !

85 pays ont organisé samedi 15 octobre une journée « d’indignation ». Passons sur le mérite supposé du respectable vénérable Heissel à avoir mobilisé sur son seul et -très mince- opuscule les indignés de la planète entière. Comme toujours, le coq français ébouriffe sa crête ridiculement. Non, les « indignés » de Grèce -à très juste titre-, ceux d’Espagne, du Portugal ou de la Berlusconie ont tout simplement été rejoints par ceux de Wall Street ou de la City de Londres. Une première !

Quant à ceux de la Sarkosie moribonde, eh bien ils ont fait la preuve -autrement- de leur mobilisation. Quoiqu’en disent les caciques exécrables, mauvais perdants et surtout très crétins de l’UMP, cette Primaire est un tournant historique pour notre pays.

Un espoir et surtout, un voeu qui risque fort de se concrétiser dans les prochains mois : Dégager le libéralisme, les libéraux en Europe et ailleurs, la finance et les marchés boursiers, et toute cette droite internationale pourrissante et nauséabonde qui nous a mis à genoux.

La mayonnaise est en train de prendre. Avis aux retardataires !

Antonio Sanz

Photo : Puerta del Sol, Madrid, ce 15 octobre 2011.

Publicités

OPPOSITION : Une gauche molle, ou la défaite annoncée

12 Jan

LE MOT DE TAÏEB


Au risque d’aggraver notre cas -mais ça n’est pas un souci, l’Esprit ces derniers temps est une cible commode- un petit bilan de « l’opposition » avignonnaise (de gauche donc), à l’heure où notre inestimable François Hollande vient courageusement (!) en défendre les supporters… Une opposition en forme de tableau à la Dali : molle, désespérément molle.

Soyons clair : En face, c’est à dire à droite, qu’avons-nous ? Un club de notables plus ou moins installés, plus ou moins parvenus, plus ou moins cathos, bref la clique bien-pensante et libérale, habituelle des petites villes de province : commerçants, « entrepreneurs », et autres professions « respectables », toutes ancrées dans la glaise et le terroir, amateurs de bons vins, de prébendes et de notoriété. Un vrai Chabrol en plus criant de vérité. L’exemple le plus parlant étant ce délégué au tourisme, dont l’entreprise fleurit au gré (et aux flux) de la communication municipale, toujours prompte à relayer ce parfait parangon de « réussite » professionnelle.

Ces gens-là ont plus d’un atout, néanmoins : forts en gueule, sans scrupules (cf Mansour), prêts à toutes les compromissions, y compris avec leurs cousins de la droite extrême (cf Mariani), ils bénéficient de surcroît du soutien indéfectible des cadors de l’UMP, voient leurs propos et actions gentiment relayés au quotidien -avec complaisance- par les médias locaux, et de plus disposent d’une sympathie certaine au sein de la bourgeoisie locale (et bien sûr du milieu des « affaires »).

De l’autre côté, qu’avons-nous pour nous soutenir dans nos « indignations » ? Hélas, mille fois hélas, un « club » de gauche archaïque, particulièrement aphone, incapable de susciter la moindre des oppositions (ne parlons pas de combat ou de virulence) parmi ses concitoyens. Une gauche locale endormie depuis semble t-il des siècles, (en réalité depuis 1976), juste bonne à se déchirer sur de petits chipotages de pouvoir. Vrai miroir, finalement, de la Gauche française, et de ses appareils nationaux.

Dans le détail : Le PS ? A l’image de ses représentantes, gentil. Gentil PS inexistant et singulièrement absent de tous les combats d’importance, comme on a pu le constater pour les retraites l’an passé. Le PC ? Castelli est un homme sympathique, mais son problème est le même qu’au PS : un manque cruel d’acuité et de mordant. Sans compter sa position fort peu commode de Conseiller Général, difficilement compatible avec la critique radicale du système, et ses rivalités avouées ou non avec l’autre gauche. Celle de Max Rieux, par exemple : un blog mal-foutu, des indignations tout de même mesurées et une totale absence de charisme font que le compagnon de Mélenchon est bien loin d’espérer un jour obtenir localement, l’équivalent de l’audience de son maître à penser. Reste un NPA en déroute, depuis son coup de foulard plus que déplacé, et des Verts exangues…

Soit une suite de personnes fort estimables au demeurant, mais bien mal armées pour prétendre à une quelconque succession du système UMP redoutablement efficace, mis en place par la bonne maire d’Avignon et ses amis beaucoup moins regardants.

Marie-Jo et ses affidés n’ont guère de souci à se faire. Face à une telle absence de figures -et de combativité- soyons quasi-certains de la réélection de ses amis. Et de la défaite de tous les Avignonnais.

Taïeb El Baradeï.
Photo : S. Dali, « Persistance de la mémoire »

%d blogueurs aiment cette page :