Tag Archives: Libye

TUNISIE, EGYPTE, LIBYE : LA HONTE ISLAMISTE

24 Oct

Tout ça pour ça ? Les soi-disant révolutions arabes dont l’objectif affiché était l’accession à la « démocratie » ont accouché comme prévu d’un monstre peut-être pire encore que les dictateurs qu’elles ont dégagés : la montée de l’islamisme obscurantiste. Un résultat prévisible que nous avions d’ailleurs largement anticipé à L’ESPRIT lors des événements de ce début d’année (Cf nos articles).

Franchement, trouver un « progrès » dans l’installation triomphante des barbus analphabètes et liberticides à la tête des « nouveaux états démocratiques » relève d’un aveuglement total. Une victoire de l’obscurantisme sur le modèle démocratique auquel aspiraient les milliers de Libyens, Egyptiens et Tunisiens qui ont laissé leur sang et leur peau sur le carreau des rébellions arabes. Une trahison, dont devraient avoir honte les Tunisiens, qui hier en moutons fanatisés par les religieux, ont voté pour la mise aux fers de leur liberté et l’asservissement des femmes. Bravo !

Quant aux Libyens, le monde occidental devrait franchement s’interroger sur l’énorme arnaque idéologique qu’ils ont aidée à s’installer, au détriment des peuples. Comment le désastreux BHL va t-il désormais pouvoir justifier un tel revers, une telle claque à ses soi-disant idéaux démocratiques ? Et Sarkosy ? Les 300 millions d’euros qu’aura coûtée cette guerre du pétrole n’auront servi qu’a asseoir les pires des tyrans : des islamistes dont la Charia est la seule idéologie d’asservissement abjecte d’un peuple qui aspirait à la liberté. Trahison une fois encore.

Et pour l’Egypte, dont les élections arrivent, on sait tous que les assassins de la confrérie des Frères Musulmans -qui se sont bien gardés d’intervenir lors du soulèvement mais en tirent tous les bénéfices- seront dorénavant aux commandes et plongeront le pays dans la régression démocratique la pire qui soit : une théocratie, barbare, liberticide et intolérante quant aux autres religions (voir l’assassinat des Coptes qui a déjà commencé).

Bref, un succès absolu ! Tunisiens, Egyptiens, Libyens, votre aveuglement et votre bêtise n’ont pas d’excuses. Comment avez-vous pu vous battre contre les tyrans sanguinaires pour leur substituer ce qu’il y a de pire pour l’organisation d’une société : des religieux ultra-rétrogades qui vont vous replonger à l’âge des cavernes. Honte à vous.

On le sait tous, et vous devriez le savoir plus que d’autres : l’Islam est un poison violent, comme toute les religions, quelles qu’elles soient. L’Islam n’est pas soluble dans la démocratie, il en est son antithèse, comme toutes les religions. La barbarie islamiste est en marche, contre votre liberté. Vous allez le découvrir très vite. Tant pis pour vous.

Je regrette d’avoir cru en vous, et je ne suis pas le seul, loin de là. Vous ne le méritiez pas. Les peuples sont libres de leur destin, bien sûr. Mais vous avez choisi la nuit obscure et la régression contre l’unique chance que vous vous étiez donnée d’enfin entrer dans le monde éclairé. Ne venez plus jamais nous parler de liberté et de démocratie.

Antonio Sanz.

Publicités

PENDANT CE TEMPS…

22 Mai

L’édito de l’Esprit à deux doigts d’une vacance délibérée…

Pendant ce temps*, ô héros d’une tragédie antique, Icare moderne définitivement carbonisé, DSK, peut-être coupable, peut-être pas -allez savoir, maintenant que le tsunami médiatique s’est déversé et a dévasté perfidement toutes traces du Réel- est assigné à résidence -cloîtré (au sens monastique du terme) en un no man’s land qui, ni prison, ni liberté, n’est qu’une transit-room– et soumis à une surveillance numérique constante, modernité oblige : Caméras, bracelet, le Big Brother américain remplit son office de maton. Comme dab, serions-nous tentés de dire…

Pendant ce temps, trois hoquets de Fukushima et consoeurs nous rappellent que si l’on a négligé ce cataclysme-là ces dernières semaines, actualité frétillante oblige, cette aberration de chancre nucléaire continue de produire ses effets : Tragédie encore, que ce peuple, sacrifié à l’expérimentation du feu atomique -par la barbarie de l’Amérique, déjà- héros meurtri de la folie des hommes, puisse ainsi endurer une fois de plus -bis repetita- cette abjection-là. Grâce soit rendue à ces pestiférés du monde moderne que plus personne désormais, ne regarde vraiment…

Pendant ce temps, la merveilleuse Espagne, rebelle, fêtarde, et oui, macho ! se mobilise contre les vieilles lunes, celles de l’orthodoxie économique et des diktats de l’Europe libérale qui voudraient la réduire à une mendiante de FMI… Orgueilleux et couillu peuple espagnol à qui, désormais, on ne la fait plus. Viva España ! Et Puerta del Sol, nul besoin effectivement de préciser : Ceci n’est pas un Botellon ! Non, ceci est juste l’expression nombreuse et déterminée d’une jeunesse, et au-delà, de tout un peuple qui ne veut plus avoir à subir. Olé !

Pendant ce temps, la Libye continue de croire en sa révolution -mais n’est-elle pas désormais plus isolée que jamais ?- et ne fête dorénavant plus notre martial chef de tribu à nous (pourquoi le ferait-elle ?), tout occupé à sa noce ADN. Splendeur et misère des peuples en marche, livrés à eux-mêmes, orphelins des soutiens d’un Occident qui a mieux à faire qu’empathir avec ces va-nu-pieds et ces parias. Après tout, Syrie, Libye, Yemen… Ces gens-là n’intéressent personne, surtout pas nos multinationales, pas plus que nos « experts » militaires. Pourquoi l’Occident y consacrerait-il plus qu’un communiqué diplomatiquement rédigé ? Au-delà de l’hypocrite résolution onusienne de circonstance…

Pendant ce temps, la mairesse d’Avignon s’arroge les pleins-pouvoirs en matière de gestion de la voirie… Et après tout, pourquoi pas ? Devant l’inefficacité -c’est un euphémisme- de l’opposition locale, et compte-tenu de la grande tradition avignonnaise de prévarication du bien public (Cf encore notre Mansour en actualité juridiciaire cette semaine), pourquoi Marie-José Roig se gênerait-elle ? Et ce ne sont pas les reproches ouatés et à demi-formulés de notre presse locale (Cf La Provence du 21 mai) qui y changeront quoique ce soit…

Pendant ce temps, donc, L’Esprit d’Avignon part en vacances. Loin, très loin de ce bourbier nauséeux et, au final, si peu intéressant. Et vous donne rendez-vous, très patients et bienveillants lecteurs, le 1er juin prochain pour de nouveaux commentaires…

Antonio Sanz

* : formule consacrée (et fort commode), figure de l’ellipse, telle que nous pouvions la lire dans nos Tintin de jeunesse…

LAPSUS : La « Page blanche » de Ouattara et autres bonnes affaires de l’Occident

13 Avr

Le 12 avril dernier, le nouveau président adoubé par l’Occident inaugurait son mandat en un curieux lapsus, ô combien signifiant : parlant de « page blanche » qui s’ouvrait désormais pour la Côte d’ivoire, le Président Ouattara s’est vite empressé, dans la même phrase et se rendant-compte du symbole, de préciser qu’il s’agissait du blanc du drapeau ivoirien…

Cette fourche langagière est en fait bien révélatrice de la réalité ivoirienne : une pseudo-démocratie téléguidée par la France et ses alliés occidentaux a assis un homme tout droit sorti du sérail FMI, lui-même peu blanchi de dérives totalitaires lorsqu’il était le premier ministre du pays, ni des exactions de ses propres « forces révolutionnaires ». Démocratie africaine à la Française, donc, c’est à dire peu susceptible de déranger les business de Bolloré et autres amis de notre président français en Ivoirie…

De même la Libye, soumise aux bombardements onusiens, ouvrira t-elle de juteux territoires indexés à l’Occident, lorsque le Conseil de Transition libyen, lui-même coopté par la France et son officieux émissaire BHL, aura réussi à s’asseoir sur les milliers de barils de la tribu Kadhafi… En n’omettant pas d’importer, comme cela s’est fait en Tunisie ces dernières semaines, toute une armada de technocrates libyens certes, mais formés en règle dans les hautes-écoles occidentales.

La Tunisie justement, qui s’est empressée de composer son gouvernement « révolutionnaire » avec un bataillon de l’élite universitaire et du business français. La Tunisie qui ces derniers jours, tout comme Le Caire d’ailleurs, subit dans la rue la prévisible pression des Islamistes, comme le rapporte le journaliste Salvatore Lombardo sur sa page Facebook :
 » En guise de prétendu retour à la Démocratie, la Tunisie s’enfonce dans l’islamisme et l’irrationnel. Les islamistes sont vraiment partout. Notamment à la télévision où ils présentent régulièrement leur 4 partis « légaux ». Mais aussi dans la rue où les femmes sont particulièrement visées par les néo-barbus qui prétendent, menaces à l’appui, leur imposer le port du voile… »

Bref, le monde, grâce à la France et à l’Occident entrés en guerre « pour la démocratie », se porte de mieux en mieux…

Angelina Vivaldi

LIBYE : LE PRIX DE LA GUERRE

23 Mar

La liberté des insurgés libyens vaut le prix d’une guerre. Personne n’en doute en France. Mais quel prix au fait? Combien va coûter la campagne de Libye?

La France est déjà actuellement engagée dans une vingtaine d’opérations extérieures. Dans les Balkans (Kosovo) et au Liban, à soutenir la force des Nations unies (Onuci) dans sa mission de paix en Côte-d’Ivoire, à lutter contre la piraterie au large de la Somalie. La France participe également à la Force internationale d’assistance et de sécurité (Fias) en Afghanistan.

À l’été 2010, environ 8.700 militaires de la défense étaient engagés dans ces «opex». Des opex coûtent de plus en plus cher: les budgets sont systématiquement dépassés. L’an dernier, le budget total a été de 630 millions d’euros portés finalement à 870 millions d’euros dont la moitié pour l’Afghanistan où nous avons 3.500 soldats. Toutefois, le budget global de la défense est de 31 milliards d’euros, dont les opex ne représentent finalement qu’une toute petite fraction.

En Libye, quel sera l’ordre de grandeur de la dépense? Sans doute au moins autant qu’en Afghanistan. Mais ça dépend comment on compte, bien sûr…

Le déplacement du Charles-de-Gaulle coûte une vraie fortune, mais s’il fait des ronds dans l’eau, ça coûte aussi. Les missiles, les bombes utilisées valent très cher.

Le temps de l’action
En fait, tout dépendra de la durée de l’offensive et de combien de temps nos forces seront mobilisées. Pour l’heure, il est difficile de le prédire, mais beaucoup estiment que l’opération Aube de l’odyssée prendra du temps.

La première phase de frappes aériennes afin de créer la zone d’exclusion aérienne puis de «casser les reins» de l’armée du colonel Kadhafi en la privant d’approvisionnement et de munitions, est la partie facile.

Plus dur, long et coûteux sera d’équiper et d’entraîner les insurgés avant qu’ils aient les moyens de partir à l’offensive vers Tripoli pour déloger le dictateur comme ils en ont l’objectif (même si tel n’est pas la mission de la coalition selon la résolution 1973 de l’ONU).

Tant que le colonel sera en place, l’armée française et ses alliées devront maintenir beaucoup de forces en état de guerre.

Pour les deux guerres menées par l’US Army en Irak et en Afghanistan, le département de la Défense dispose d’un budget de 130 milliards de dollars. En cumul en Irak, le coût de la guerre aura été de 3.000 milliards de dollars pour les Etats-Unis, selon le prix Nobel Joseph Stiglitz.

Ce sont des sommes colossales qui démontrent que les coûts sont toujours… explosifs. Ce qui est sûr, c’est que la France est endettée, il lui faudra donc faire des économies ailleurs.

Eric Le Boucher / 22 mars 2011 / Slate.fr

ALLO, TRIPOLI : Un témoignage depuis le coeur de la révolution libyenne

26 Fév

On l’appellera L. Elle ne veut pas qu’on la reconnaisse, « s’il vous plaît, on ne sait pas, vous comprenez, n’est-ce pas? ».
On l’appellera Elle. Elle vit à Tripoli. Elle est enseignante.
Elle est une voix, au téléphone. Brouillée, parfois difficilement audible.
Elle est une femme, en Libye.

« J’habite à Fachloun, un quartier au centre de Tripoli, où il y a eu de violents affrontements avec la police en début de semaine. Plusieurs habitants du quartier ont été tués, dont deux que je connaissais. Une voiture garée devant mon immeuble a explosé après avoir été frappée un projectile tombé du ciel, peut-être un obus, je ne sais pas. Il règne depuis un calme précaire dans le quartier. On entend encore des tirs d’armes automatiques et des explosions dans le lointain. Tout le monde a peur. Les gens sont terrés chez eux, les magasins et les écoles sont fermés. Je ne suis pas sortie dans la rue depuis une semaine. Je suis là, avec ma mère. On a fait des réserves de nourriture et on s’organise avec les voisins, on fait cuire notre propre pain, on mange simplement. On arrive à savoir ce qui se passe grâce aux chaînes satellitaires comme Al-Jazira et Al-Arabeya, car la télévision libyenne, elle, diffuse en boucle de fausses informations.

Nous avons appris que la Cyrénaïque, à l’est du pays, était tombée et cela nous donne tant d’espoir. J’ai beaucoup d’amis là-bas, notamment à Benghazi, nous sommes en contact permanent, et nous avons su ce qu’il s’y passe, l’enfer, terrible. Les médias officiels veulent nous faire croire qu’à l’Est, les gens ne veulent que leur indépendance, mais je sais bien que c’est faux, je sais qu’ils vont nous soutenir pour chasser Kadhafi. On sait qu’il faut tenir le coup. La frontière avec la Tunisie est ouverte, mais à part les gens qui sont gravement malades, pas un Libyen ne veut partir dans un moment pareil. Tout le monde veut que Kadhafi s’en aille, même si on ne sait pas jusqu’où il est prêt à aller. Son discours à la télévision, c’était le discours d’un fou, comme s’il nous disait « maintenant, c’est vous ou c’est moi. » On est convaincus que si on ne cède pas, il finira par partir ou par être tué. Il faut être fort, il faut tenir, en dépit de tout. On a peur, oh mon Dieu, oui, on a tellement peur mais il nous faut croire que ce n’est plus qu’une question de temps. »

Mise à jour: depuis que j’ai parlé à Elle, il a parlé à son tour.

« Soyez prêts à défendre la Libye,soyez prêts à vous battre pour la dignité, soyez prêts à vous battre pour le pétrole. Répliquez leur, plongez les dans la honte. (…) Nous pouvons triompher de nos ennemis. Vous devez danser, chanter et vous préparer (…) Votre esprit est plus fort que toutes les tentatives des étrangers et des ennemis pour vous détruire (…) Mouammar Kadhafi est parmi vous. Je suis avec le peuple et nous allons nous battre et nous allons les tuer si c’est ce qu’ils souhaitent. Voyez la force du peuple. Voilà la force du peuple qui ne peut être vaincue. Faites ce que vous voulez. Vous êtes libres de danser, de chanter et de faire la fête sur toutes les places pendant toute la nuit. Mouammar Kadhafi est l’un d’entre vous. Dansez,chantez, réjouissez-vous! »

Claude Guibal / Egyptoblogue / 26 février 2011 à 00.25
Egyptoblogue : Carnet de bord de Claude Guibal, correspondante de «Libération» au Caire.

%d blogueurs aiment cette page :