Tag Archives: Sarkosie

LA POLICE DU NET : Amis blogueurs désormais espionnés, bienvenue en Sarkosie !

4 Mar


ON N’ARRÊTE PAS LA POLICE

Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d’achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d’enquêtes, ainsi que le fisc ou l’URSSAF. Tollé général sur la Toile.

Ce décret oblige désormais les FAI à mettre à disposition de la police ou du fisc l’ensemble des données personnelles des internautes, qui seront conservées pendant un an. La publication du décret au Journal Officiel a immédiatement provoqué une levée de boucliers des défenseurs de la liberté sur le web.

Sites de commerce en ligne, fournisseurs d’accès à Internet, gestionnaires de comptes e-mail ou plateformes de vidéo (YouTube, Dailymotion…) doivent désormais conserver pendant un an l’intégralité des informations renseignées par l’internaute sur les sites concernés.

Obligation de communiquer les mots de passe
Les données en question sont notamment: les nom, prénom et raison sociale; adresses postales; pseudonymes utilisés et mots de passe; adresses électroniques et mot de passe associé; numéros de téléphone; adresses IP; heures et dates précises de connexion et de déconnexion.

En clair, l’ensemble des informations personnelles des internautes, y compris les plus confidentielles, sont désormais mises à disposition des autorités. Un gestionnaire de boîtes e-mails (Yahoo, Hotmail, Gmail par exemple) est dorénavant dans l’obligation de conserver la totalité des informations données par l’internaute lors de son inscription, y compris son mot de passe, ainsi que « les données permettant de le vérifier ou de le modifier ». Autrement dit la fameuse « question » à laquelle une réponse a été attribuée.

Police, fisc, URSSAF, douanes…
Sont également concernés par ce pistage les commentaires postés sur des forums de discussion, les billets publiés sur des blogs ou encore les vidéos ou photos mis en ligne sur les grands sites spécialisés.

Cet ensemble de données devra être rendu disponible, pour les besoins d’enquêtes diverses, à tout un ensemble de services. Et officiellement pour des besoins précis. La police et la gendarmerie en tout premier lieu. Mais également les services du fisc, lorsqu’ils mènent des investigations sur les contribuables. Ceux de l’URSSAF, en cas notamment de suspicion de fraude. Ceux de la répression des fraudes également, concernant essentiellement les ventes sur Internet. Ou encore les agents des douanes.

Le décret élargit ainsi le champ d’application de la loi du 21 juin 2004 qui ne préconisait l’utilisation de ces données que par la police et la gendarmerie et « afin de prévenir les actes terroristes ».

« C’est Big Brother ! »
Sa publication provoque déjà une levée de boucliers de la part d’associations d’usagers d’Internet, mais aussi des opérateurs concernés par cette obligation. Nombreux soulignent les risques d’atteinte à la vie privée.

Pour Jérôme Thorel, président de l’ONG Privacy France, « cela va à l’encontre des principes fondamentaux d’une démocratie. C’est disproportionné, c’est sans commune mesure avec le Big Brother qu’avait pu imaginer George Orwell ».
Pour sa part, l’Association française des Services Internet communautaires (ASIC, regroupant notamment les branches françaises de Google, Facebook, PriceMinister, Dailymotion ou encore Ebay) envisage de saisir le Conseil d’Etat pour faire annuler le décret. Selon l’ASIC, « stocker certains mots de passe ou contenus est interdit par la loi ».

La Rédaction | RMC.fr | 03/03/2011

Publicités

REVOLUTIONS ARABES : Pendant ce temps, la France classée 31e au « palmarès » des démocraties !

2 Mar

Pendant que nos irréprochables gouvernants UMP s’apitoyent sur le sort des pauvres Arabes de Libye, Tunisie, ou Egypte soumis à des « tyrans  » et autocrates, dont « personne » n’avait saisi le caractère dictatorial de leurs régime, ni « pressenti les révolutions qui, par définition, sont imprévisibles », notre cher pays, volontiers donneur de leçons et paraît-il « patrie des droits de l’homme » se classe 31e au top 160 des pays instrospectés par le très sérieux et pourtant très libéral quotidien The Economist.

Beau palmarès, dont peuvent être fiers Sarkosy et ses sinistres sous-ordres, dont le réputé Hortefeux, bien connu pour la finesse de ses analyses racistes et la libéralité de ses actions de police dignes d’un Kadhafi. Grâce à ce gouvernement UMP, la France est passée en quelques années de la déjà peu enviée place de 24e au rang de 31e dans le classement des états, jugés sur leur capacité démocratique. Pour exemple, la Corée du Sud est 20e de ce même classement !

A cela plusieurs raisons : outre que « selon le système politique français, le président détient un grand pouvoir. Le style autocratique et autoritaire de l’actuel président, Nicolas Sarkozy, représente une menace pour la tradition démocratique. Sous sa présidence se développent un sentiment anti-musulman croissant et une emphase sur les racines chrétiennes de la France. Les pressions sur les journalistes et les médias en ligne conduisent au déclin de la liberté de la presse. » Cette dernière critique était aussi faite par Reporters sans Frontières dans son dernier classement mondial de la liberté de la presse qui voit la France régresser à la 43ème place, la France s’illustre par un système pénitentiaire digne du XIXe siècle, pratique un mode électoral parfaitement irrespectueux de la diversité d’opinions (avec ses fameuses « primes » à la majorité et l’absence de proportionnelle), fait condamner ses citoyens pour le port du T.shirt « casse-toi pauvre con » (ou rétrogade un prof cairote pour une pancarte du même jus) et autres joyeusetés… (en faire la liste serait fastidieux)

Un bien bel exemple en effet à offrir à ces peuples qui se soulèvent contre leurs tyrans ! Quelles leçons franchement a t-on à donner à ces gens qui avec leur sang paient le prix fort de leur liberté ? Quelle légitimité ont nos dirigeants arrogants à s’autoriser le moindre commentaire condescendant sur « l’état » démocratique ou non de ces pays qui ont été tout à la fois les matons de leurs frontières, les « remparts » du terrorisme et de l’Islam radical, et nos dealers généreux en énergies fossiles ? Quant à nous, pauvres citoyens endormis par notre pseudo liberté d’expression, sous le prétexte que l’on peut quand le prince le décide déposer un bulletin dans l’urne dont personne ne tient compte, nous n’y voyons goutte. Jamais il ne nous viendrait à l’idée de chasser nos petits dictateurs en herbe, prévaricateurs et sans-gêne, qui nous anesthésient et se fichent de nous depuis des lustres… Et pourtant, il faudra bien un jour que l’addition se règle.

Antonio Sanz

Plus : Lire aussi le papier de The Economist.

SARKO LE MILICIEN : Ou Loppsi 2 en bénédiction programmée des bavures « policières »

1 Fév

LE BILLET D’ANGELINA

Il y avait déjà dans cette « loi d’orientation », cette saloperie d’article anti-roms déguisé, visant à interdire tout habitat non-ordinaire tels les caravanes, camions, cabanes, et autres yourtes. Voici que l’article 37 ter, qui devrait être entériné avec toute la seconde version de Loppsi au printemps prochain par les deux chambres, autorise des milices de « réservistes » de la police ouvertes à tous les citoyens.

Autrement dit, sans formation ni quoique ce soit, tu te retrouves avec un flingue dans les mains (« sous certaines conditions de formation », précise le texte, soit quelques heures pour s’initier au maniement des armes), le droit de verbaliser, et un gentil uniforme de flic pour parader.

La loi déjà ultra-sécuritaire Loppsi 2 se transforme ainsi en instrument d’une félonie inouïe, indigne d’un pays républicain, où la police devrait être une affaire sérieuse, et contrôlée. Dorénavant, n’importe quel connard musclé et bien frontiste (à condition qu’il ait un « casier vierge ») va pouvoir se transformer en shérif au service de la sarkosie, qui a taillé dans tous les budgets de recrutement de vrais flics sous prétexte de doctrine « un fonctionnaire sur deux non remplacé ». Attendons-nous donc à toutes les dérives.

Pour l’instant, nous n’avons guère entendu les syndicats de police s’exprimer sur ce sujet, qui pourtant, vise à la réduction conséquente de leurs effectifs et à la déprofessionnalisation de leur corporation. Ni d’ailleurs les syndicats de la magistrature, pas plus que les constitutionnalistes bien en vue sur les plateaux télé. Blanc radio. Pourtant, ce petit truc que Sarko et sa clique veulent faire passer en douce nous rapproche dangereusement d’une époque sinistre, où les supplétifs de la police -un ramassis de canailles et de droits communs- organisaient la pire répression au service de la Collaboration.

Il est temps de se remuer un peu contre cet arsenal liberticide, sécuritaire, en un mot facho que la sarkosie en manque de cote d’amour essaie de nous fourguer par derrière. En ce printemps arabe qui, nous l’espérons, ne tournera pas au cauchemar, prenons un peu exemple sur nos frères tunisiens ou égyptiens et n’hésitons pas à descendre dans la rue. Tant qu’il n’y a pas encore de milices aux gros gourdins…

Angelina Vivaldi

A Avignon aussi, on se mobilise contre ce loppsi 2 : cf article

LIBERTICIDE LOPPSI 2 : Et maintenant, blogueurs, gare à vos fesses !

16 Déc

Débattu tardivement hier soir à l’Assemblée Nationale, le fameux article 4 de la Loppsi 2 a été adopté. Brice Hortefeux et ses soutiens sont donc parvenus à repousser l’intervention préalable du juge pour bloquer d’éventuels sites « illicites » (en particuliers ceux proposant de la pédopornographie, le cheval de Troie du filtrage), tout comme l’intervention de la Cnil, décidément muselée, ou la rédaction d’un rapport d’application annuel jugé « pas nécessaire » par le Ministre de l’Intérieur… Les amendements déposés par l’opposition pour amoindrir l’effet d’un potentiel filtrage du Net ont été rejetés à la chaîne.

S’il ne représente qu’une « petite » partie du projet de Loi, qui couvre des champs bien vastes, cet article 4 a mis depuis plusieurs mois le feu aux poudres sur le Net. Il fait partie du chapitre sur la lutte contre la cybercriminalité, veut protéger « les internautes contre les images de pornographie enfantine » en mettant en place une liste noire de sites qui devront être bloqués par les fournisseurs d’accès. C’est donc de la mise en place d’un système de filtrage d’Internet qu’il s’agit. Une première qui ne manque pas d’affoler les défenseurs de la liberté d’expression, qui redoutent la mise en place d’un mécanisme de censure qui pourrait être bien vite étendu à d’autres sujets moins « fédérateurs ». Comme WikiLeaks, attaqué par Eric Besson la semaine dernière. D’autant qu’il s’agit d’une procédure administrative et non judiciaire centralisée par l’Office de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).

En janvier, à l’Assemblée nationale, le texte avait été amendé, imposant la décision d’un juge avant tout blocage. Mais il est revenu à son état d’origine en septembre au Sénat, avec une argumentation toute en subtilité de Brice Hortefeux : « Lorsque la maison brûle, on ne demande pas au juge l’autorisation d’envoyer les pompiers. » En novembre, un communiqué sur le sujet a fait grand bruit. Il venait de l’Ange Bleu, association nationale de protection de l’enfance, qui considère le blocage des sites comme une disposition « inefficace, contre-productive et dangereuse à l’égard de l’exercice démocratique ».

L’intervention du Conseil Constitutionnel est désormais pour les opposants à l’article 4 la dernière solution pour tenter de réintégrer l’autorité judiciaire dans le processus.

Alexandre Hervaud, Erwan Cario / ECRANS / Liberation.fr
titre original de l’article :  » Loppsi 2 : et pour quelques clics de cybercensure »

JOYEUSES FÊTES ! : MARIE-JOSE ROIG en maire Noël des SDF

14 Déc

Notre chère maire Noêl, qui n’aime rien tant que couper les vivres aux associations (réduction obligatoire pour toutes les assocs culturelles, fermeture de centres sociaux ou culturels), au nom d’une gestion « planifiée » et « raisonnable » de sa ville -en fait le besoin urgent d’abonder ses réalisations inutiles comme la L1 ou l’éventuel Tramway d’Avignon-, notre généreuse édile donc, a également drastiquement coupé dans les budgets sociaux alloués aux associations de terrain, dont celles suppléant aux insuffisances des pouvoirs publics quant au sort des SDF.

Ainsi de CASA, dont les 30 000 euros attendus, qui devraient déjà être versés et ne l’étaient toujours pas la semaine dernière (Cf l’article du BDA). « Ainsi, faute de réponse claire de la Mairie, constatant que nous n’avons reçu qu’une somme de 5 000€, au lieu des 30 000€ attendus (somme versée les années précédentes. 30 000€ représentent 0,22% de la somme totale versée aux 458 autres associations d’Avignon en 2009), nous prévoyons, dans quelques semaines, dès le mois de janvier 2011, de revoir le budget de cette action en procédant à des licenciements. Ces licenciements induiront évidemment une diminution de l’activité de ce service qui fonctionne à ce jour 6 jours sur 7. » Un véritable déni de la dure réalité hivernale de ces sans-abris, pour lesquels le soutien d’associations comme CASA est particulièrement vital.

Bref, une fois de plus notre mairesse UMP a ses priorités et elle le fait savoir. Et ce ne sont pas les remontrances polies d’une « gauche » locale mollassonne qui y changeront quoi que ce soit. Décidément Avignon, un paradis pour les amis restaurateurs et entrepreneurs de l’édile, s’avère un véritable enfer pour les pauvres et les sans-grade.

Antonio Sanz

PARLONS VRAI : Désolé, nous vivons bien dans un Etat fasciste

13 Déc

LE BILLET D’ANGELINA

Oui. Au risque de paraître paranoïaque ou excessif, il faut le dire et le redire : la France de Sarkosy dérive grave vers un Etat fascizoïde, dernière mouture up-to-date de l’outrance vichyssoise de sinistre mémoire. L’actualité tous les jours nous le prouve, mais celle des derniers jours est gratinée :

– Pas moins de deux immigrés flingués par la police d’Hortefeux : l’un au tazer il y une dizaine de jours, mort d’une crise cardiaque consécutive aux décharges, et aujourd’hui hop ! un de plus au flash-ball, autre arme meutrière qui a déjà éborgné nombre de manifestants (dont le petit fils d’Armand Gatti il y a un an) et qui cette nuit à Marseille, a tué un homme dans un foyer de travailleurs…

– Le même Hortefeux qui, au mépris et de sa fonction et du fonctionnement normal de la justice, s’en prend aux juges qui auraient comdamnés « honteusement et injustement » un troupeau de flics parjures, dont les fausses déclarations auraient pû envoyer à perpétuité un homme innocent si la justice si décriée par le ministre n’avait pas fait son boulot. Et encore, je trouve qu’en l’occurence, ladite justice fut particulièrement clémente : pour ma part, j’aurais envoyé ces brebis galeuses pour 10 ans en taule, avec radiation à vie de leur « métier » de policier.

– Dans le même registre, nous trouvons ce préfet Manzoni (de Vichy par coïncidence) qui n’hésite pas à embastiller un militant syndicaliste Sud, au prétexte qu’il gênerait le Sarko lors d’une de ses tournées de promo (Cf notre article sur le sujet) et qui, pour finir, l’insulte publiquement sur les ondes de notre radio publique, France-Info, le traitant de « larve gauchiste »…

– Enfin, l’affaire Loppsi 2, une loi insupportable digne de Laval qui devrait être adoptée en seconde lecture à partir de demain 14 décembre : une loi fascisante, liberticide et orientée, qui interdit désormais d’habiter une caravane, un camion, une cabane ou autre tipi ou yourte… Soit du sur-mesure cousu-main contre nos amis Roms, mais pas que cela : tous les réfugiés de Sangatte, tous les sans-abris et les hors-système en général vont en souffrir (Cf aussi notre papier à ce sujet).

Bref, en quelques exemples très récents, le catalogue explicite d’une politique étatique délibérément orientée vers ses pires démons. A ce rythme, Marine Le Pen a du souci à se faire… Sarko s’occupe de son électorat mieux que la cheftaine.

P.S. : aujourd’hui également, mais en Italie, les chambres sont toutes prêtes à déboulonner enfin l’icône Berlusconi. Prenons-en de la graine !

Angelina Vivaldi

Photo DR : le gouvernement de Vichy de sinistre mémoire : Pétain, Laval et autres bienfaiteurs

SUR-MESURE : Loppsi 2, une loi scélérate pour les Roms et les Sans-Abris !

13 Déc

Du 14 décembre au 21 décembre doit passer en seconde lecture la loi loppsi 2, dont l’article 32 terA est particulièrement orienté : « Vivre dans des camions, yourtes, tipis, roulottes, cabanes… deviendra illicite ! Une lettre sera envoyée à tous les maires et préfets qui seront redevables d’une amende de 3 700 € en cas de non-DENONCIATION !!! ». Voici la Sarkosie scélérate de nouveau à l’oeuvre : désormais, ami Rom, Sans-Abri, teufeur, baba en tout genre… tu ne pourras plus occuper ton camion ou ta caravane sans que la police de Hortefeux ne vienne t’en déloger. Pire, les maires seront obligés de se transformer en zélés délateurs de la République néo-vichyste de Sarko s’ils ne veulent pas écoper d’une amende…

Nous les appelons dès aujourd’hui à la désobéissance civile sans compromis, si par malheur la loi est adoptée en l’état. Cette horreur digne des pires périodes de l’histoire est non seulement une récession sans nom quant aux droits élémentaires, mais de plus, sera certainement illégale au regard de la législation européenne. N’empêche : mobilisons-nous en masse et faisons reculer cette ignominie digne des pires états totalitaires ! Loppsi 2 doit être retirée sans délai.

Antonio Sanz avec Gatonegro

Plus d’infos avec : LOPPSI 2.FR
ainsi que l’article de POLITIS

%d blogueurs aiment cette page :